Hervé Commère – Le deuxième homme

le_deuxième_homme_herve_commere4° de couverture  

(une quatrième de couverture version « light », qui ne dévoile rien de l’intrigue)

Pourquoi tu fumes dehors ? 
On y fait des rencontres. 

C’est ce que répond Stéphane à un ami, sans savoir que sa vie va changer l’instant d’après, au moment où en sortant du bar, son regard croise celui de Norah, une jeune allemande installée à Paris depuis peu.

Une histoire d’amour éclot, tout ce qu’il y a de plus classique. Le jeune couple fait des projets. Jusqu’à ce que Stéphane réalise qu’il ne connait pas si bien la femme qui vit avec lui.

Mon avis

Un homme et une femme s’aiment d’un amour fusionnel, exclusif, totalement dans leur monde, loin des Commère-ages (bon ok, elle est facile celle là).

L’histoire est belle, l’histoire semble bien banale durant un tiers du roman, mais l’histoire n’est pas ce qu’elle semble être. Pas du tout.

Bienvenue dans ce récit écrit à la première personne, qui va vous balader, vous bringuebaler, vous égarer pour terminer par vous retourner comme une crêpe.

Ce roman psychologique est court (250 pages), bien suffisant pour vous laisser vous accrocher à vos belles certitudes durant son commencement, pour vous faire vite perdre tous vos repères par la suite.

Une histoire racontée par un homme fou d’amour (au point de devenir fou tout court ?), où les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être, où l’obsession pousse vers des extrémités inattendues.

La construction de l’intrigue est diabolique, millimétrée. Le ton est cynique. Les mots sont pesés, soupesés, pour vous être resservis par la suite, mis en valeur grâce à un tout autre éclairage.

Certains artifices de fabrication sont tout bonnement géniaux (il est question de numéro de page…).

Minutieux jeu de dupes entre l’auteur et ses lecteurs, bien mis en valeur par une plume tantôt sèche tantôt enlevée et des chapitres très courts, c’est un récit vénéneux qui vous laissera un certain arrière-goût dans la bouche une fois votre lecture terminée.

Petit conseil final, essayez de ne pas lire la 4° de couverture si vous décidez de vous lancer dans cette histoire.

 Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

19 réponses

  1. Pas malin… j’ai lu la 4ème de couv’ en prem’s… J’adore les crêpes, donc c’est plié! Bon, sérieux, construction diabolique, ton cynique, une plume sèche ou enlevée, de certitudes en perte de repères, racontée par un homme amoureux fou… C’est clair que celui-ci va vite passer de la wishlist à la PAL! Merci pour cet avis Yvan!

  2. Encore un livre que je n’ai pas lu, un auteur que je n’ai pas encore découvert. c’est plus un carnet qu’il va me falloir, c’est un disque dur d’un To. ^^

    • Mais c’est l’hôpital qui se moque de la charité ! 😉
      Comme si tu ne contribuais pas activement à faire de même avec ton site 😉
      Notons, mes frères, notons !

  3. Ah je l’ai repéré celui-là, mais j’ai déjà tellement de choses à lire !!!!

  4. Encore un à ajouter sur ma liste !!! merci !

  5. Encore un auteur que je ne connais pas mais qui, à priori vaut la peine d’être connu! C’est noté

  6. Un achat prévu mais une fois de plus tu me tentes…dés mon retour de vacances je me le commande!!!! Aucune volonté la Foumette!!!

  7. Mince, j’avais loupé cet article et j’aurais mieux fait de ne pas aller voir ! Voilà que j’ai envie de le lire, à présent…

    Gruz, tu fais mon désespoir…. 🙂

Rétroliens

  1. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |
  2. Interview littéraire 2013 – Hervé Commère |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :