Maxime Chattam – La conjuration primitive

14504154° de couverture

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?

Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage.  Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre.

Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ?  Et si c’était un jeu ?

Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : 
l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition.

Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre.

De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.

Mon avis

Il était une fois…

« Il était une fois un conteur. Un conteur des temps modernes qui prit l’étude du mal pour spécialité. Le mal sous toutes ses coutures et toutes ses blessures.

Cent fois, durant toute sa carrière de conteur, il remit son ouvrage sur le métier. L’histoire du mal était devenue sa force, son obsession et sa ligne directrice. Le conteur devint compteur des pires vices et vicissitudes de notre société.

Il fut reconnu pour son travail et ses lecteurs attendirent toujours plus de lui.

Un jour, il décida de se lancer dans l’élaboration d’un récit sur le mal absolu, comme la quintessence de son œuvre sur le sujet. Il l’appela « La conjuration primitive ». 

Il prit du temps pour élaborer ce conte moderne, plus qu’à son habitude. Ce récit devait repousser les limites, tant géographiques qu’en terme d’horreur narrée.

Ce projet était ambitieux, tant il savait ses lecteurs avides de ses écrits et dans l’attente fébrile de sa nouvelle histoire.

Arriverait-il à apporter quelque chose de neuf, alors que lui et ses confrères avaient déjà tant parlé de ce sujet ?

Son travail terminé, il livra son œuvre au public.

Tant de violence et tant d’analyse de cette violence ! Une violence inattendue, car développée à une échelle encore jamais atteinte.

Le public ne put que réagir positivement à ce nouveau récit, tant il représentait un « tourne la page » diabolique.

Un récit découpé en trois parties, une montée en douleur crescendo, où le conteur utilisa avec une parfaite maîtrise les ficelles qui surprennent et font bondir l’auditoire.

Le conteur réussit son pari obsessionnel de décrire le mal, de divertir, de choquer, de révolter et de faire réfléchir sur le sujet.

Ce conteur populaire s’appelait Chattam et avait réussi ce qui aurait pu être une gageure. Il était venu magistralement à bout de son défi. »

Publication française : 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

25 réponses

  1. Il était une fois … Yvan. Un bloggeur passionné et passionnant ! Merci à toi pour cette très originale chronique qui une fois encore me mets l’eau à la bouche.

  2. Une superbe chronique ! pour un roman qui fait froid dans le dos, un excellent cru, je prévois une chronique prochainement aussi, j’espère que tu viendras commenter 😉

  3. ou la la moi qui n’ai pas lu Chattam depuis des lustres, tu viens de piquer ma curiosité avec ton avis qui me hérisse le poil !

  4. La chronique donne envie, elle est vraiment originale ! Je n’ai jamais lu cet auteur mais je note ce roman

  5. alors…tu vois bien qu’il développe l’imagination ce bouquin !! 😉
    bravo bravo bravo, tu as mis le paquet, elle est superbe !

  6. on dirait un concours de saut à la perche! lol
    on peut faire comme à l’école ds fans et dire qu’on a tous gagné? lol

  7. Du très haut de gamme qui en plus de nous régaler nous amène à nous poser des questions…

  8. longtemps que je n’ai pas lu de Chattam, pas emballé par les derniers. Mais je vais sans doute tenter celui ci sous peu.

Rétroliens

  1. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |
  2. Mon Top 20 des romans parus en 2013 (à début novembre) | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. L’appel du néant – Maxime Chattam – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :