Franck Hériot – Le diable d’abord


CVT_Le-diable-dabord_13834° de couverture

Qui est donc ce mystérieux Faust qui provoque le commandant Gorin sur son propre terrain ? Qui se cache derrière ce personnage inquiétant qui laisse derrière lui des corps sans tête ? Pourquoi les retrouve-t-on toujours sur « une »île aux cygnes ? Que signifie cette énigme, cette mystérieuse série de chiffres dont le sens échappe à tout le monde ? Comme si cela ne suffisait pas, la Crim’ du 36 quai des Orfèvres hérite d’un autre dossier où l’on croise des barbouzes et, en particulier, l’ex-compagne du commandant Gorin, devenue agent de la DCRI, la Direction centrale du renseignement intérieur.

Deux affaires qui n’ont rien à voir et vont pourtant se télescoper. Gorin et son fidèle Pensec trouveront une réponse inattendue quelque part en Sibérie, sur les rives du fleuve Amour… Enfin, seulement un premier élément de réponse, car pour le commandant de la Crim’, la quête de la vérité n’est pas terminée. La sera-t-elle jamais ? Une partie de l’énigme se cache dans son propre passé. Ce passé où l’on croit un peu trop naïvement que les secrets restent à jamais enfouis et où ils ne devraient jamais rester trop longtemps, au risque de provoquer des cataclysmes en remontant à la surface.

Mon avis

Même si le titre et la couverture sont un brin racoleur, la couleur est donnée et nous avons à faire à un thriller moderne, mais de facture somme toute assez classique.

Assez conventionnel oui, mais, au diable les conventions, Hériot s’en sort plutôt pas mal.

Prenez les codes à la mode du thriller français actuel : tueur en série, barbouzeries, flics du 36 et rajoutez-y un souffle d’exotisme (glacial, sibérien). Secouez et le mélange vous donnera un roman diablement intriguant.

L’auteur se réapproprie ces codes et l’histoire, quoi que improbable, se suit agréablement.

Après une première partie sans surprise, le récit est rehaussé par la seconde, avec ses quelques retournements de situations. Les personnages sont globalement bien campés rendant ce polar plutôt sympathique, même s’il a un peu de mal à sortir du flot continu des publications du genre.

Une nouveauté 2013 à tenter, si on est fana de ce genre littéraire.

Publication française : 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

2 réponses

Rétroliens

  1. Bilan livresque : janvier / avril 2013 |
  2. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :