Caryl Férey – Mapuche

cvt_Mapuche_84014° de couverture

Jana est Mapuche, fille d un peuple indigène longtemps tiré à vue dans la pampa argentine. Rescapée de la crise financière de 2001-2002, aujourd hui sculptrice, Jana vit seule à Buenos Aires et, à vingt-huit ans, estime ne plus rien devoir à personne.

Rubén Calderon aussi est un rescapé, un des rares «subversifs » à être sorti vivant des geôles clandestines de l’École de Mécanique de la Marine, où ont péri son père et sa jeune soeur, durant la dictature militaire.

Trente ans ont passé depuis le retour de la démocratie. Détective pour le compte des Mères de la Place de Mai, Rubén recherche toujours les enfants de disparus adoptés lors de la dictature, et leurs tortionnaires…

Rien, a priori, ne devait réunir Jana et Rubén, que tout sépare. Puis un cadavre est retrouvé dans le port de La Boca, celui d’un travesti, « Luz », qui tapinait sur les docks avec « Paula », la seule amie de la sculptrice. De son côté, Rubén enquête au sujet de la disparition d une photographe, Maria Victoria Campallo, la fille d un des hommes d affaires les plus influents du pays. Malgré la politique des Droits de l’Homme appliquée depuis dix ans, les spectres des bourreaux rôdent toujours en Argentine. Eux et l’ombre des carabiniers qui ont expulsé la communauté de Jana de leurs terres ancestrales…

Mon avis

Bienvenue à l’agence de voyage Ferey. Si vous avez survécu aux précédents périples en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, vous êtes conviés à vous plonger dans l’Argentine et son histoire récente.

Voyage au bout de l’enfer, voyage au bout de l’horreur.

Une fois de plus, Ferey nous emporte dans un roman coup-de-poing, d’une profondeur et d’une violence extrême. Âmes sensibles s’abstenir.

L’auteur a choisi comme terrain de « jeu », l’Argentine actuelle, à peine sortie de la dictature et de la barbarie des militaires.

Ce roman est d’autant plus fort, que son histoire est totalement encrée dans la grande Histoire du pays. Très documenté (peu être un peu trop dans ses premières pages, au détriment du rythme), le roman décrit des situations d’une brutalité et d’une sauvagerie sans nom, d’autant plus éprouvantes qu’elles sont basées sur des faits réels.

Torture et meurtres de masse, supplices, souffrances…

Récit éprouvant, à la fois choquant et salvateur, une descente aux enfers de deux personnages écorchés vifs (au sens propre comme au figuré). Personnages malmenés par la vie et par un auteur qui ne leur épargne rien.

Une histoire de colère, de vengeance, de combat, sans aucun manichéisme.

Et avec la patte Ferey : une écriture âpre, lyrique, imagée, tantôt poétique, tantôt au scalpel. Une talent inimitable, pour un auteur à part, indispensable (pour peu qu’on ait le cœur bien accroché).

Un roman dont on sort groggy, au tapis, à l’image de son final dantesque. Mais un roman dont on sort également chargé d’émotions.

Vivement le prochain voyage proposé par l’agence Ferey.

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

3 réponses

Rétroliens

  1. Tag littéraire « EmOtionS
  2. Bilan livresque : janvier / avril 2013 |
  3. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :