Donato Carrisi – Le tribunal des âmes


4° de couverture

Rome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé.

Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.

Sa spécialité : analyser les scènes de crime. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais tout à fait cru à un accident.

Leurs routes se croisent pour les conduire chacun au carrefour où il faut choisir entre la vengeance et le pardon.

Mon avis

Après la réussite magistrale de son premier roman « Le chuchoteur », autant sur le plan de la critique que du public, le moins que l’on puisse dire est que Carrisi était attendu au tournant.
Résultat (roulements de tambour…) : ben, c’est pas bien de toujours vouloir tout comparer.

Bien sur, on retrouve quelques recettes qui ont fait le succès du premier bouquin : un récit sombre (mais pas trop), une histoire complexe et travaillée, qui monte crescendo, un tueur en série particulièrement singulier et un final assez éblouissant.

Le scénario proposé arrive globalement à se démarquer de la production actuelle du thriller, grâce à son coté malin et assez original. Bref, une expérience qui renvoie une bonne partie de la concurrence dans les cordes.

Mais alors pourquoi jusque 4 étoiles alors que j’ai noté le « Chuchoteur » d’un éblouissant 5/5 ?

La faute à quelques petites longueurs dans la toute première partie et à un style d’écriture malheureusement moins fluide que pour son prédécesseur, comme si l’auteur se sentait obligé de nous prouver qu’il avait progressé dans sa prose entre deux romans. Carrisi est tellement fort dans la description psychologique de ses personnages, qu’il n’a pas besoin, à mon sens, d’en rajouter.

Petit bémol qui ne vient pas ternir le plaisir (puisqu’il ne faut pas comparer).

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

6 réponses

  1. « Rome, sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.
    Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée . » Voilà le résumé de l’histoire qui ne correspond pas du tout au vôtre??? Je viens juste de le terminer et je reste perplexe sur votre article ….

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Il y a de quoi être perplexe ! 😉
      Ah les joies du copier / coller… Le résumé de la 4° de couverture n’était pas le bon en effet, merci beaucoup de me le signaler !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je viens bien sur de corriger cette erreur

  2. Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

    J’ai été moins enthousiaste que toi à la lecture de ce roman.
    C’est m^me une déception après l’excellent « Chuchoteur » :/

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Bah tu as pu lire que j’avais des réserves aussi sur Le tribunal

Rétroliens

  1. Saint-Maur en poche 2015 : Cafés littéraires – Conférences | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%