Interview – 1 livre en 5 questions : Labyrinthes – Franck Thilliez

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

FRANCK THILLIEZ

Titre : Labyrinthes

Editeur : Fleuve

Sortie : 05 mai 2022

Lien vers ma chronique du roman

Décidément, la mémoire est un thème qui t’inspire (et t’obsède ?)…

En effet, encore et toujours la mémoire ! Comme tu le dis, le sujet m’inspire ET m’obsède. C’est un thème particulièrement romanesque, qui permet de construire des personnages complexes et des histoires incroyables, tout en restant crédible. La perte de mémoire, d’identité, l’oubli, autant de sujets intéressants à traiter, et qui m’interpellent à chaque fois. Nous souffrons tous de pertes de mémoire, nos vies sont traversées de petits et grands oublis : où sont mes clés de voiture ? Où ai-je déjà croisé cette personne ? C’est quoi, le nom de cet oiseau, déjà ? Parfois, nous traversons une grande angoisse face à ces « trous », en nous demandant si c’est normal, s’il n’y a pas un problème au cerveau…

La perte de mémoire me fait peur, car sans mémoire, sommes-nous encore capables d’exister ? A quoi bon partir en vacances, vivre des expériences, si nous sommes incapables de nous en rappeler ? Bref, on dit que les écrivains écrivent souvent en rapport avec leurs angoisses, leurs peurs profondes… D’où mon obsession pour ce thème, mais que j’essaie néanmoins de renouveler à chaque roman !

Tu fais appel à tout le talent de mémoire de tes fidèles lecteurs pour sortir de ce dédale…

Comme souvent, j’écris des livres qui peuvent être lus par des primo lecteurs : quelqu’un qui ne connait pas mon univers peut très bien y entrer en lisant Labyrinthes. Ils le découvriront comme une histoire indépendante, autosuffisante, qui leur donnera son lot de rebondissements. Mais ce que j’aime faire, c’est rajouter un « niveau caché », comme dans les jeux vidéos : seuls les plus familiers seront capables d’y accéder !

Ainsi, mes lecteurs fidèles vont rapidement se rendre compte qu’il y a un deuxième « effet kisscool », ce qui devrait dégager une certaine forme de jouissance supplémentaire dans leur lecture. J’ignore si cela les aidera à sortir du labyrinthe, mais ils devraient, en tout cas, savoir rapidement à quel genre de Minotaure ils ont à faire !

D’un livre à l’autre la donne change, cette fois-ci c’est l’intrigue qui dicte totalement les lois et non les personnages…

Avec l’expérience, j’essaie de maîtriser au mieux les armes très puissantes dont nous, les romanciers, disposons : le suspense évidemment, et la gestion du temps. Nous pouvons faire se dérouler une minute sur 50 pages, et 10 ans d’une vie sur trois pages. Nous pouvons tordre, distordre, raccourcir ou allonger le temps, afin d’organiser au mieux notre récit et de délivrer au lecteur ce qu’il attend lorsqu’il lit un thriller : le plaisir de la peur.

Pour Labyrinthes, en effet, je me suis davantage intéressé à la mécanique de l’histoire, à ses rouages complexes, pour que la machine à suspense fonctionne à son meilleur rendement. Les personnages sont un peu comme des marionnettes perdues dans le dédale, qui ne comprennent pas ce qui leur arrive et vont tenter par tous les moyens de trouver leur chemin. Pour ce faire, j’utilise une structure que je considère toujours un peu casse-gueule : suivre trois voire quatre personnages en parallèle, chacun avec leur histoire. Il n’y a aucun lien entre ces personnages au départ, si bien qu’on passe de l’un à l’autre en se demandant ce qui va se passer. Evidemment, au fil du récit, des liens vont se tisser, les engrenages vont commencer à tourner dans la tête du lecteur, jusqu’à ce que, je l’espère, la machine s’emballe !

Le roman est un peu hors du temps. On peut même le voir parfois comme un retour aux sources…

Pas de technologie dans ce livre, ni de science ou de savants fous. J’ai vraiment voulu privilégier une pure histoire à suspense, sans qu’il y ait forcément de message ou d’interrogation quelconque sur la société. Je me suis dit qu’un pur moment de plaisir de lecture, dans le monde d’aujourd’hui, loin des soucis du quotidien, ne ferait pas de mal.

De même, contrairement à mes autres romans, le rapport au temps et à l’espace reste assez flou. Très peu de dates, de repères temporels, certains lieux ne sont pas précisément localisés. Par exemple, Véra est réfugiée dans une immense forêt glacée des Vosges, mais on ne sait pas où ni quand, exactement. Une autre femme, Julie, est enfermée dans une pièce, sans rapport avec l’extérieur. Certains personnages restent des silhouettes, d’autres portent des masques qui les rendent anonymes. Peut-être ai-je écrit cette histoire en miroir avec la période covid que nous avons vécue : une espèce de faille dans l’espace-temps…

Avec un tel cheminement scénaristique, comment as-tu procédé pour ne pas te perdre dans ton propre labyrinthe ?

Je crois que c’est dans le top 3 des histoires les plus complexes que j’ai eues à écrire. J’avais évidemment préparé du mieux possible un plan, mais très rapidement, je me suis rendu compte que j’aurais du mal à le suivre à la lettre : certains mécanismes s’imbriquaient mal, on perdait tel personnage en cours de route, etc.

J’ai donc dû trouver des solutions en permanence pour me raccrocher aux wagons, ce qui m’a provoqué pas mal de tourments et de nuits blanches. À un moment, j’étais moi-même perdu dans le labyrinthe, je ne savais plus où j’étais, si ce que j’écrivais fonctionnait. J’ai lu, relu, à maintes reprises, ce que j’avais déjà construit, essayant de me mettre dans la peau d’un primo lecteur, ce qui n’est pas évident. Comme évoqué plus haut, il y a l’histoire en elle-même que je racontais, qui devait tenir la route de A à Z, puis il y avait également « l’autre » histoire, que les lecteurs fidèles reconnaitront, qui elle aussi se devait de parfaitement fonctionner !

Bref, ce roman porte bien son nom, car même l’auteur que je suis s’est perdu dans le labyrinthe !

Photo : Sophie Mary (durant les Quais du polar 2022)



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

12 réponses

  1. S’il fait parti de son top 3 des histoires les plus complexes, il va falloir s’accrocher. J’adore la couverture, simple mais efficace.

    • accrochez-vous alors, je pense même qu’on peut le mettre en tête ! Mais ça en vaut la peine ;). Oui la couverture est top, vraiment une bonne idée, et c’est un vrai labyrinthe !

  2. Oh punaise j’ai hâte de m’y perdre. 🥰 merci pour ta mise en lumière de mon auteur préféré

  3. J’ai hâte! Je vais foncer le prendre !!

  4. Le fil d’Ariane est fournit avec le livre ? pour ceux qui n’arriveraient pas à sortir du Labyrinthe?? Hâte d’être au mois de juin pour signature sur Amiens du roman acheté dès demain. Merci pour toutes ces énigmes.

  5. Ne pas me perdre dans ce labyrinthe mais perdre la notion du temps en lisant ce roman voilà ce que j attends

  6. J’en ai déja la tête qui fume.
    Merci pour ce bel échange. 🙏

  7. Si même lui a manqué de s’y perdre… que nous réserve ce labyrinthe, à nous, pauvre lecteurs ?

Rétroliens

  1. Labyrinthes - Franck Thilliez - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :