Collisions par temps calme – Stéphane Beauverger

Il n’est pas indispensable de tirer en longueur pour aller en profondeur. En 100 pages, cette novella de Stéphane Beauverger pousse davantage à réflexions que certains romans plus épais.

A contre-courant de la tendance actuelle à voir le futur tout en noir, il nous emporte dans un futur où l’humanité à trouvé le moyen de vivre en harmonie. A l’image du nom de la collection de l’éditeur La Volte, il est même plus juste de parler d’eutopie, lieu du bon et du bonheur.

IA bienveillante

Le parti-pris est d’autant plus osé que ce résultat positif est la résultante d’un lâcher prise général au profit d’un assistant intelligent nommé Simri. Une IA qui est réellement mise au service du bien-être de tous, au point que chaque humain lui a donné les clés de son existence concernant de nombreuses décisions à prendre.

Un concept qui aurait pu virer vers un totalitarisme déguisé mais qui se révèle réellement bienveillant. Puisque l’évolution de cet artefact informatique reste contrôlé par les hommes.

Le monde s’en trouve apaisé, le défi climatique résolu. Mais ce confort de vie n’empêche pourtant pas le libre arbitre.

Vertigineux

Ce texte raconte la (dernière ?) rencontre entre un frère et une sœur. Le premier placé à la vigilance de l’évolution de l’IA, la seconde qui le fût avant de prendre ses distances. Et qui vient voir son jumeau pour lui demander une grande faveur.

Dans ce monde qui coule comme un long fleuve tranquille, cette sœur souhaite pourtant s’en extraire, et provoque une vague inattendue.

C’est l’histoire d’un choix de vie, aucunement celui de deux êtres qui s’affrontent. Leurs échanges restent cordiaux. Mais sauront-ils s’écouter ?

En quelques pages, l’écrivain crée son monde et surtout ses personnages, qui prennent vite corps grâce au choix d’alterner leurs points de vue. La lecture se fait vite en immersion.

Et se révèle au fur et à mesure bien plus profonde qu’un seul échange entre jumeaux. Vertigineuse, même, car ce que découvre et ce que décide la sœur devient matière à profonde réflexion pour le lecteur.

Satisfaction

Il n’est pas seulement question de satisfaction immédiate, mais vite de considérations plus philosophiques, autour de concepts comme la liberté de choix et la prise de risque. Tout comme de chercher ses propres réponses, même si celles-ci semblent couler de source via l’IA.

Collisions par temps calme est un texte formidable, questionnant et déchirant, d’une belle humanité.

Stéphane Beauverger pousse à la réflexion, en douceur. Utilisant la SF pour la mettre au service de l’individu. Et d’une idée qui se révèle sur la fin d’une dimension étourdissante, autant intellectuellement qu’émotionnellement.

L’auteur du Déchronologue, qui n’est rien de moins qu’un chef-d’œuvre de la SF, écrit peu, mais tous ses textes marquent.

Yvan Fauth

Date de sortie : 07 octobre 2021

Éditeur : La Volte

Genre : Anticipation / Utopie

4° de couverture

Sylas mène une vie heureuse sur son île. Il fait le métier qu’il aime, dans la maison qu’il aime, entouré des rares personnes qu’il aime. Mieux que ça : il sait que le monde est beau, paisible, fluide grâce à Simri, l’artefact sapiens présidant au confort de l’humanité depuis 50 ans. Une super-IA, en gros, dont le déploiement global a porté l’humanité vers un avenir serein. Sylas partage sa vie entre son travail d’analyste système au service de Simri et sa passion pour la conception de bateaux. Oui, le monde est beau et va bien, vraiment, pour tous. Mais Calie, la sœur de Sylas, veut quitter ce monde. Demander à quitter le giron protecteur de Simri, qui veille au bien-être de tous, c’est rare, mais possible. Simri accorde aux personnes qui le désirent le droit de se soustraire à son attention. Mais Sylas ne s’attendait pas à ce que cela arrive à sa sœur, et cela lui est douloureux. S’il espère la faire changer d’avis, il sait que leurs trajectoires respectives ne peuvent aboutir qu’à une collision. Une collision par temps calme dans un ciel sans nuages.



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

3 réponses

  1. Tu me fais envie encore une fois. Je le note dans mes tablettes, merci !

  2. Très envie de la lire.
    Tu es la deuxième personne à m’en dire du bien

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :