Dark was the night – Grégoire Hervier

En 2016, sortait un petit bijou inclassable, Vintage de Grégoire Hervier. Son éditeur, Au diable vauvert, publie une nouvelle dans sa collection poche « Petits diables », comme une excroissance de ce précédent roman.

Le lien s’y fait par la musique, et le blues en particulier.

Voilà à nouveau une histoire de quête et d’obsession, non plus à la recherche d’une guitare légendaire, mais d’une chanson perdue (ou chimérique).

L’écrivain mélange fiction et réalité dans ce court texte très documenté sur le monde du blues « à l’ancienne ».

L’histoire tourne vite à l’enquête, et se lit avec un vrai plaisir. Dommage que le texte ne soit pas plus long.

Et pour les vrais curieux, l’auteur complète son histoire de fiches sur douze chansons présentées historiquement et à travers des anecdotes. Douze morceaux pour ceux qui veulent découvrir ou approfondir leurs connaissances des racines du blues, dont le fameux Dark was the night.

Lien vers ma chronique de « Vintage »

Yvan Fauth

Date de sortie : 2020

Éditeur : Au diable vauvert

Genre : Nouvelle

4° de couverture

« J’ai entendu parler pour la première fois de la trentième chanson de Robert Johnson alors que j’étais encore thésard en histoire contemporaine à l’université de Berkeley, en juillet 1966. »

MÊLANT POLAR ET HISTOIRE DE LA MUSIQUE, LA NOUVELLE INÉDITE DE GRÉGOIRE HERVIER, DARK WAS THE NIGHT FAIT ENTRER LE LECTEUR DANS LE MONDE MYSTÉRIEUX ET FASCINANT DU BLUES, SUR LES TRACES D’UNE CHANSON PERDUE.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Je viens de découvrir ta chronique de Vintage… pas de toute, il est pour moi, celui-là ! (Je voue un culte à la Gibson Les Paul Cherry Sunburst… Je sais que tu devineras pourquoi 😏)

  2. tu m’as motivé, merci !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :