Quais du Polar 2015 – Compte-rendu – Première partie

Quais du polar 2015Le salon littéraire Quais du Polar de Lyon, cuvée 2015, vient de s’achever. Me voilà à quai, la soute remplie de souvenirs et les malles pleines de livres.

QDP, petit nom du navire amiral des salons polardeux, a fêté ses 11 ans d’existence. Petite barque devenue majestueux vaisseau, transporteur d’émotions.

Splendeur de l’embarcation, des enluminures et du décorum. Splendeur des hommes qui y embarquent surtout, raconteurs d’histoires ou simplement qui viennent partager ces récits, larguant leurs amarres des quatre coins du globe pour se rencontrer. Une onzième année qui a attiré de nombreux auteurs venant de l’autre coté de l’Atlantique (surtout de la partie sud du continent).

Rencontres, émotions, rires, partage, sourires, chaleur. C’est tout ça QDP, et le peuple que le salon attire est toujours grandissant. Si vous êtes atteint d’ochlophobie, évitez de croiser cette voie navigable.

Le monde est petit, l’humanité est immense, surtout quand on partage la même passion. Récit de trois jours intenses.

Les stars du salon :

Comme chaque année, de grands noms du polar se retrouvent aux Quais, comme Michael Connelly ou Elizabeth George, par exemple. Si vous êtes du genre patient et avez du temps devant vous (beaucoup de temps), vous pouvez vous lancer dans la longue attente pour les rencontrer. Prévoyez plusieurs heures à taper du pied dans les travées du rafiot.

Pour Maxime Chattam, on a (sans doute) atteint des sommets. Peu présent au salon (uniquement le samedi après-midi), il fallait prévoir 3h à 3h30 d’attente selon les échos que j’ai pu glaner. Son arrivée n’est pas passée inaperçue, les (jeunes) fans (hystériques) du début de la file l’ayant gratifié d’une bruyante ovation.

Au fil du temps, les dédicaces de mes bouquins deviennent de plus en plus personnelles, je vais donc les garder pour moi cette fois-ci. Par contre, je ne peux m’empêcher de publier celle de Chattam !

20150329_185917 (Copier)

Eh, oui, je n’ai pas de patience, moi ;-). Par contre je l’ai vu s’installer à sa table (il manque les cris pour accompagner la photo).

IMG_20150328_143020 (Copier)

En tout cas, bravo aux organisateurs du salon, pour toujours attirer plus d’auteurs renommés et pour leur gestion des files d’attentes (un vrai casse-tête).

Les rencontres :

Plutôt que de suivre un ordre chronologique, voici mes belles rencontres de l’année, par ordre alphabétique.

Saul Black

Ne jamais se fier aux apparences. Sous couvert de ce nom d’emprunt et de ce premier roman, se cache Glen Duncan, auteur chevronné de la littérature fantastique (voir sa magnifique trilogie qui met en scène un loup-garou plutôt philosophe).

Autre tonalité, autre lumière, autre couleur. L’auteur se lance dans une carrière parallèle avec Leçons d’un tueur (Presses de la cité), sombre thriller. Pour avoir commencé la lecture dans le train du retour, je peux déjà dire que le pseudonyme est bien choisi. C’est noir, très noir.

IMG_20150327_180508 (Copier)C’est un plaisir tout particulier pour moi d’échanger avec un auteur à plusieurs casquettes (moi qui déteste justement qu’on colle les gens dans des cases) : fantastique et polar. Il m’a expliqué que, malgré le changement de genre, je retrouverai dans ce roman les mêmes thématiques qu’il a développées précédemment : la mort, l’amour…

Une belle rencontre, à l’image de ses romans, profonds et intelligents.

Pour le concours que j’ai organisé à l’occasion du salon, le gagnant avait choisi ce roman. Expliquer ça à l’auteur a été un peu sportif avec mon anglais approximatif, mais c’était plutôt drôle ;-).

Franck Bouysse

IMG_20150329_103027 (Copier)On peut difficilement faire rencontre plus « à chaud ». Son roman, Grossir le ciel (La manufacture de livres), m’a accompagné durant tout mon trajet pour venir jusqu’à Lyon.

Un roman noir dans lequel on plonge (par la grâce d’une écriture magnifique), une atmosphère qui vous entoure et vous fait oublier le monde tout autour.

Une belle rencontre, d’un homme réservé mais ô combien passionnant. C’est l’exemple même de la rencontre qui nous fait appréhender votre lecture d’une autre manière. Apprendre, qu’en dehors du ressort dramatique, tout ce qui est décrit dans ce livre est vrai, le rend encore plus fort.

Il m’a confirmé apporter une grande attention à la musicalité de ses phrases, ce qui ne peut que me parler.

Shannon Burke

IMG_20150329_114631 (Copier)L’auteur de 911 (Éditions Sonatine), américain de son état, était visiblement heureux d’être en France, et ce n’est pas un hasard. Son livre sur le monde des ambulanciers à Harlem ne doit rien au hasard (il a pratiqué cette profession) et son amour de notre langue non plus. C’est assez incroyable de découvrir qu’il a appris seul les rudiments du français, à l’arrière de son ambulance, en lisant les classiques de notre littérature.

Belle rencontre d’une belle personne, pour un livre magnifique.

Son nouveau roman vient tout juste de sortir aux USA, sur un sujet totalement différent.

Michel Bussi

L’auteur rencontre un succès fou (bien mérité). Pas de dédicace dans les travées du salon me concernant, mais on reparle de lui dans la seconde partie du compte-rendu ;-).

Gilles Caillot

L’auteur dédicaçait au sein de l’Hôtel de Ville, avec quelques-uns de ses collègues. C’est toujours un plaisir de le croiser (même rapidement) et de constater qu’il est aussi gentil que ces romans sont violents.

La couleur de âmes mortes, son nouveau roman, sort cette année (Éditions du Caïman).

Sonja Delzongle

Une découverte pour moi, et notre échange m’a vraiment donné l’envie de me plonger dans son roman qui vient tout juste de sortir : Dust (Denoël).

Elle m’a confié, qu’elle avait mis du sang, des larmes, du sable (et tout ce qu’elle avait d’autre…) dans ce roman. Sa touchante manière de me le dire m’a convaincu de le lire prochainement.

IMG_20150328_100722 (Copier)

(avec les amies Kris et Pépita, quand on vous dit que l’ambiance est morose)

Kishwar Desai

IMG_20150328_105922 (Copier)Les occasions de rencontrer un écrivain indien ne sont pas légion. Quelle gentillesse et quelle bonté dans ce sourire ! Une auteure qui prend le temps de s’intéresser à ses lecteurs (même avec notre anglais de cours d’école), au point de nous demander ce qu’on fait dans la vie (à part lire des livres).

On peut écrire des romans noirs qui ont un vrai message à faire passer. Kishwar Desai défend la condition féminine de son pays, mais aussi celle dans le monde entier. Et pour ça, elle mérite qu’on s’y intéresse.

Une très belle rencontre qui se concrétisera avec ma découverte de son premier roman Témoin de la nuit (Éditions de l’Aube).

Ingrid Desjours

Une des reines du thriller psychologique, une preuve qu’on peut cerner la noirceur de l’âme humaine tout en étant si loin de ses personnages, (enfin je crois ?) ;-).

L’auteure est d’une si touchante gentillesse, et aime ces contacts avec les lecteurs, prouvant à chaque fois qu’elle a de vraies qualités humaines.

Si vous aimez les suspenses psychologiques, son petit (enfin gros) dernier à Tout pour plaire (Éditions Robert Laffont).

IMG_20150328_101445 (Copier)

(encore Pépita, illustre libraire à Mont-de Marsan)

Virginie Despentes

On a beau être dans le temple du polar, le salon a toujours voulu ouvrir un maximum ses portes aux romans noirs en général. La présence de l’auteure en est encore une belle preuve.

Beaucoup de mes collègues blogueurs et de mes contacts lecteurs ont insisté pour que je me lance dans son dernier roman, en guise d’introduction à son œuvre (hein David !). Je ne pouvais qu’être sensible à leurs arguments.

J’en ai profité pour dire à l’auteure combien j’avais apprécié son intervention pleine de sensibilité à La grande librairie, qui avait consacré une émission au terrible drame de la tuerie de Charlie.

La suite de Vernon Subutex (Éditions Grasset) sort en juin (petit décalage d’un mois par rapport à la sortie prévisionnelle).

Claire Favan

Rencontre surprise, puisqu’elle n’était pas annoncée. Invitée directement par un libraire, elle a apporté comme à son habitude toute sa bonne humeur (je défie quiconque de ne pas exploser de rire en la côtoyant, irrésistible !).

Elle aussi, reine du thriller psychologique, est si loin de ce dont elle parle dans ses romans.

Son petit dernier, Miettes de sang, est sorti aux Éditions du Toucan.

IMG_20150328_105246 (Copier)

(Deux en un : Claire Favan et Val McDermid)

Caryl Férey

IMG_20150327_170413 (Copier)Un auteur toujours disponible pour ses lecteurs, même s’il faut savoir faire preuve de patience entre deux romans, Mapuche datant de 2012 (Gallimard – Série Noire).

Croiser l’auteur, c’est souvent un bon moment de rigolade (je n’ai pu m’empêcher de le charrier concernant sa séance de dédicace du dimanche « à l’aube », pour lui le fêtard).

Ça fait un moment que je n’ai plus rien à lui faire dédicacer, mais c’est toujours une rencontre que je fais avec grand plaisir. Il m’a confié qu’il y avait encore du travail sur son prochain roman. Attendons 2016, donc.

Nicci French

Un couple à la vie et avec la plume, de vraies crèmes, des personnes adorables que j’ai eu l’occasion de croiser en 2012, bien avant d’imaginer me lancer dans l’aventure d’un blog. En fait, cette rencontre a été un déclencheur (c’est ce que je leur ai expliqué) et me pousse à toujours donner la parole aux auteurs.

Des anglais chaleureux et à l’écoute de leurs lecteurs (Nicci Gerrard parle plutôt bien français, malgré ce qu’elle en dit).

Leur série actuelle est à ne surtout pas rater ! Le tout nouveau, Terrible jeudi : le jour de l’innocence perdue (Fleuve Éditions) sort le 09 avril 2015 et était proposé en exclusivité à QDP (livré directement de l’imprimeur au libraire du salon deux jours avant, sans aucun intermédiaire).

IMG_20150328_102250 (Copier)

(Avec Leila)

IMG_20150327_175704 (Copier)Sébastien Gendron

Encore un auteur que je prendrai grand plaisir à découvrir à travers sa plume drôle et acérée, après avoir rencontré l’homme, en premier.

Un bel échange, un intéressant contact, plein d’humour. Nous avons même pu échanger sur une anecdote dont il avait parlé sur Facebook (qui a dit que le virtuel nous coupait des gens ?).

Son tout nouveau roman, La revalorisation des déchets, est sorti il y a peu chez Albin Michel.

Karine Giebel

Comme Michel Bussi, pas de dédicace dans les travées du salon me concernant, mais on reparle d’elle dans la seconde partie du compte-rendu.

IMG_20150328_111644 (Copier)

(Une partie de la dream team Fleuve Noir : Karine Giébel et Franck Thilliez)

Laurent Guillaume

Tout se perd ma ptite dame, je n’ai même pas vu l’auteur fumer un cigare cette année (il se cache ?) ;-).

L’auteur est quelqu’un de fort sympathique…

IMG_20150329_115019 (Copier)

Allez blague à part, c’est parce que je lui ai dit de sourire qu’il fait cette tête !

IMG_20150329_115021 (Copier)

C’est toujours un très bon moment lorsque l’on a l’occasion de rencontrer Laurent Guillaume. Son dernier roman vient également tout juste de sortir : Delta Charlie Delta (Denoël).

On a pu parler de son personnage de Mako, que certaines personnes aiment beaucoup (une lectrice lui a dit aimer tellement ce personnage, qu’elle a appelé son chat Mako, ça parlera à une de mes amies). Il a aussi et surtout parlé “écriture”, de sa manière de procéder et de la faire évoluer. Absolument passionnant et drôle à la fois !

IMG_20150329_102119 (Copier)Yasmina Khadra

Certains pourraient s’étonner de voir cet auteur présent au salon du polar, pourtant ses romans sont bien de vraies histoires noires. Et le public ne s’y trompait pas, il y avait toujours foule pour aller saluer cet auteur absolument attachant.

Des romans durs, d’un auteur qui nous a dit avoir dénoncé depuis longtemps beaucoup de choses terribles qui prennent actuellement de l’ampleur dans le monde. Il garde cependant un sourire plein de bonté.

Qu’attendent les singes et paru chez Julliard.

Sophie Loubière

Je l’ai croisée il y a peu à Bruxelles, mais c’est toujours un plaisir de revoir l’auteure qui ma confirmé se sentir très à l’aise dans ce salon chaleureux. Un salut rapide et tout aussi chaleureux.

Son dernier roman n’est pas du tout un polar, mais un vrai et touchant roman noir : A la mesure de nos silences (Fleuve Éditions).

Ian Manook

Ah les Manook ! Oui je dis « les », parce que sa charmante femme n’est jamais bien loin de l’auteur (on a trouvé leur surnom maintenant : « Les inséparables », comme les perruches) ;-).

IMG_20150329_104554 (Copier)

Ayant eu longuement l’occasion de les côtoyer avant ce salon, je n’ai servi qu’au rôle de rabatteur pour pousser les potes à aller les voir. Ce n’est pas pour rien : pour moi, Ian Manook est L’auteur de polar français de ces trois dernières années (avec Maud Mayeras).

La qualité de ses romans n’a d’égale que sa gentillesse. Toujours présent pour ses lecteurs, avec une organisation sans faille qui voit sa moitié agrémenter les livres de tampons ludiques et d’un marque-page avant de les lui faire signer.

Son dernier roman, paru en janvier, Les temps sauvages (Éditions Albin Michel) est un nouveau bijou.

Pour la petite histoire, le T-shirt de Strange que je porte sur la photo doit tout sauf au hasard. Il le portait lors du salon du polar de l’an dernier à Mulhouse (Le festival sans nom). Je lui ai dit que ces magazines avaient bercé mon adolescence. Il m’avait expliqué en être en partie responsable, puisque qu’il fut éditeur de ces fameuses BD à l’époque (et il m’avait gentiment offert un exemplaire du T-shirt). Je ne pouvais donc que le porter pour venir le saluer.

11077922_10206052644333114_2619779657891175531_o (Copier)

Un T-shirt collector dont R.J. Ellory avait également eu un exemplaire l’an dernier. En me voyant le porter, l’auteur anglais m’a charrié en me disant qu’il n’y en avait que 6 exemplaires dans le monde : celui de Manook, le sien, le mien… et puis celui du chanteur de Judas Priest et d’Albert Einstein (j’ai oublié le troisième larron fictif) 😉 (je reparle d’Ellory dans la deuxième partie du compte-rendu !).

Val McDermid

Elle a beau avoir écrit plus de vingt romans, elle ne figure dans ma bibliothèque que depuis peu. Je lui ai fait part de ma grande honte de n’avoir lu que son dernier roman qui vient juste de sortir (Lignes de fuite chez Flammarion). Ça l’a fait rire.

La confrontation de mon anglais de supermarché avec son anglais à forte consonance écossaise a été un choc brutal ;-).

Elle m’a expliqué que son nouveau roman est un thriller psychologique, un one shot, sensiblement différent de ses autres romans. Que ce n’était pas une volonté de départ de changer de manière de faire, mais que c’était simplement cette histoire qui demandait à être contée ainsi.

Michael Mention

IMG_20150327_161633 (Copier)L’ami Michael ne pouvait malheureusement être présent que le vendredi et le samedi matin. C’était un vrai regret pour lui, tant il aime ce contact avec les lecteurs.

Ça ne l’a pas empêché de participer à des conférences et d’être présent le mieux possible, toujours à l’écoute et toujours à parler de ses livres avec une passion sans égale.

Son prochain roman sort le 27 mai 2015 (Le carnaval des hyènes aux Éditions Ombres Noires) et son roman Adieu demain (Éditions Rivages Noir) vient juste de gagner le prix Polars Pourpres (ex æquo avec Reflex de Maud Mayeras). C’est mille fois mérité.

Gaëlle Perrin

Toujours aussi souriante et drôle, avec elle c’est l’assurance de passer un bon moment le temps d’une dédicace ou en la croisant dans les travées ou sur la terrasse d’un café (je n’ai pas dit qu’elle buvait, hein !) 😉

Il a été question de cheveux, mais je ne peux vraiment pas vous en dire davantage…

Son dernier roman, Haut-le-coeur et sorti chez Rouge Sang Éditions.

IMG_20150328_134348 (Copier)

(Gaëlle Perrin avec Jacques Saussey)

Elena Piacentini

Je l’avais rencontré en fin d’année dernière, au fin fond de la vallée alsacienne, pas loin de chez moi. En terme d’environnement et de population en cm², QDP est l’exacte l’opposé.

Encore quelqu’un d’humainement très attachant et avec de vraies valeurs qui transparaissent immédiatement au détour de la discussion et au travers de son dernier roman, Des forêts et des âmes (Éditions Au-delà du raisonnable), que je suis en train de lire.

Et puis, elle a un sacré humour. Je discutais sur un banc avec Michael Mention après sa dédicace le vendredi soir, juste à coté de là où devait dédicacer Maxime Chattam le lendemain après-midi. Elle est venue s’asseoir à nos coté et nous dire : « vous attendez aussi pour la dédicace de Maxime ? Je vais attendre avec vous alors jusqu’à demain », avec un joli sourire malicieux ;-).

Jacques Saussey

Son nouveau roman vient tout juste de sortir : La pieuvre (Éditions du Toucan).

Il y a des personnes avec qui on se sent tout de suite à l’aise, c’est son cas. Toujours souriant, très modeste (trop ? Il comprendra ma remarque s’il lit ce résumé).

Nous avons discuté de son écriture, et du fait qu’elle change au fil du temps, surtout après avoir écrit récemment un épisode de la série L’embaumeur (Sens interdit(s), Éditions Atelier Mosésu) qui lui permettait de s’en donner à cœur joie. On ne s’étonnera donc pas de voir pointer davantage d’humour dans ses prochains romans noirs (qui resteront très noir).

Laurent Scalese

10952405_949485395096527_8587882119938905826_n (Copier)Avec l’auteur, on s’est croisé et recroisé tout au long de ce salon (voir la deuxième partie du compte-rendu).

Nous avons beaucoup de choses en commun, sur la manière de voir le monde, ce qui fait que nos discussions dévient souvent de ses livres. Et pourtant, son dernier roman, tout chaud sorti, La voie des âmes chez Belfond, est une merveille comme on en rencontre peu dans l’univers littéraire français. Un mélange total de genres qui est souvent l’apanage des anglo-saxons.

Bref, tout ça pour dire, qu’il y a de quoi discuter de très longue heures de ce seul roman avec lui.

IMG_20150329_120723 (Copier)Franck Thilliez

Une foule importante, comme d’habitude, s’est déplacée pour venir saluer l’humble mais si talentueux auteur de thriller. Une vraie crème d’auteur, les lecteurs qui le croisent ne s’y trompent pas et reviennent toujours en masse.

N’ayant plus rien à lui faire dédicacer, il a eu la gentillesse de partager quelques minutes avec ma compagne et moi, à la fin de sa séance.

Son prochain roman arrive déjà en juin (sortie la veille de mon anniversaire, j’en ai plaisanté avec lui pour le remercier).

SI vous ne connaissez pas l’auteur, plongez dans son dernier en date ou les précédents (Angor chez Fleuve Éditions) et surtout allez le voir, ça fait du bien au moral.

Les pictographistes

Petit bonus : j’ai tapé la discut avec les deux talentueux photographes qui immortalisent les auteurs de polar dans de nombreux salons.

Ils étaient présents une nouvelle fois, pour cette fois-ci les photographier assis au lieu de debout, m’expliquant qu’ils commencent tous à se faire un peu vieux ;-).

J’avais réalisé une interview très intéressante avec eux ici.

Et puis, il y a les rencontres entre lecteurs. Au fil du temps, elles prennent une place très importante, aussi importante même que de voir les auteurs. Encore de très beaux moments cette année, plein de chaleur et d’humanité. Merci de tout cœur à ceux que j’ai pu voir longuement ou juste croiser quelques précieuses minutes.

Une belle onzième édition de ce marathon du polar. Bravo sincèrement aux organisateurs, bénévoles, libraires, éditeurs, auteurs… Ce genre de moments reste gravé en mémoire. Merci de donner du bonheur aux gens.

Pour la deuxième partie du compte-rendu, suivez ce lien 😉

Allez voir le compte-rendu du samedi de mon pote David sur son excellent blog : C’est contagieux !

ou ici pour sa journée de dimanche

Et puis, allez faire un tour sur le blog Lumières de l’ombre, voir les magnifiques portraits d’auteurs. Un vrai appareil photo et un vrai talent, ça donne tout autre chose !



Catégories :Dédicaces, Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

52 réponses

  1. Comme toujours, un compte-rendu très bien troussé, et très objectif… Et je n’ai pas encore vu la deuxième partie… 😉
    Merci de ton enthousiasme communicatif, Yvan…
    J’attends la suite…

  2. Ah ah ca a quand même l’air d’avoir été un super week-end, merci de nous le faire partager en photos : )
    J ‘ai beaucoup ri devant ta dédicace très personnelle de M Chattam, comme quoi la patience paie toujours 🙂
    Dans l’espoir de fouler les pavés de ce salon devenu si prestigieux avec toi un jour 🙂

  3. wouahhhhhhh ! le paradis !

  4. J’attendais ce billet avec impatience moi ! Merci pour le partage !
    Et vivement la suite ! 🙂

  5. Et bien une première partie très riche déjà!!!!Vivement la deuxieme!!!!;)

  6. Moi non plus faire 3h30 de file ne sera jamais mon trip :). Mais tu et vous tous m’avez manqué ce WE! Vivement St Maur :).

  7. Comme tu le sais, j’ai lu le dernier Sophie Loubière que j’ai bien aimé ! Je suis contente de lire ce compte rendu, tu en as bien profité dis donc. J’aurais bien aimé rencontrer Michel Bussi, j’ai hâte de lire ce que tu as à écrire sur lui 🙂

  8. Merci pour ce compte-rendu, qui permet de vivre un peu de QDP par procuration !
    Je ne connais les lieux que via tes photos (entre autres readers) et j’ai du mal à m’y représenter une file de 3h… Ils font le tour de l’extérieur du bâtiment?!

  9. Un merveilleux compte-rendu, sublimement écrit et avec suffisamment d’impertinence pour nous enchanter 🙂 Comme toujours avec tes compte-rendus, on jubile, on se projette et on « vit » ce salon comme si on y était. Ton intro est fabuleuse. Tu m’as littéralement transporté.
    Et merci d’avoir mis le lien pour mon blog. C’est juste une nouvelle preuve de ta générosité et de ta bienveillance. Je t’aime mon parrain (de blog) 😉

  10. Merci Yvan ! c’est vivant, drôle et très vrai…. Je suis très contente d’avoir fait ta connaissance, ainsi que celle de ta compagne. C’est dommage, on n’a pas vraiment eu le temps de papoter, mais c’était sympa quand même…. Puis faut dire que l’on avait un emploi du temps chargé 🙂 Pour ma part, j’ai eu beaucoup de plaisir à revoir Laurent Guillaume, Frank Thilliez et faire la découverte de Claire Favan et Ian Manook (quel amour !). En tout cas, bravo pour ton compte-rendu et merci….
    Bises

    • merci à toi ! ça a été un vrai plaisir pour moi également ! Et puis maintenant tu sais que tu dois appeler ton mari autrement (passe lui le bonjour) 😉

      • t’as raison !!! 😉 j’espère que Laurent ne s’en servira pas dans un de ces bouquins, mon mari va râler 🙂 il t’a trouvé très sympa, au fait…. je sais, ça n’a rien à voir !

  11. J’ai l’impression de revivre les QDP grâce à toi. Toujours un vrai plaisir que de te lire mon cher Yvan. Vivement la suite, c’est trop bon ! merci 🙂 <3

  12. Ben mon ami, j’ai aimé faire ce voyage à travers tes mots, tes bon mots devrais-je dire.
    J’ai encore plus de regrets de pas avoir un peu participer à cette belle fête. Ton enthousiasme est si communicatif que je me dis que j’y étais tout de m^me un peu.
    Tu es un vrai conteur, le sais tu.
    Alors que vogue la galère en attendant la suite.

  13. Super le compte rendu, et tu t’en sors bien aussi pour les photos. 🙂
    Je suis ravie d’avoir fait ta connaissance ainsi que celle ta compagne. Tu es classé parmi les stars sur mon blog ! 😀
    Et en lisant ta note, je m’aperçois que je n’ai même pas vu certains auteurs, alors que je suis passée 4 fois. Argh. La prochaine fois je m’organiserai mieux.
    Je commence par lire les bouquins achetés, et je reviendrai ici suivre tes conseils de lecture ensuite. 🙂

    • le plaisir était clairement partagé ! Ma moitié et moi avons été très heureux de vous croiser tous les deux 😉
      Pour le fait que je sois sur ton blog, disons que c’est un accident 😉
      Merci pour tes gentils mots

  14. Merci pour ce compte rendu il est top 😉

  15. Un superbe compte-rendu, de belles rencontres. Merci pour ce partage.

  16. Aah, un jour que je saurai y aller, j’irai ! mais avec la Visa No Limit ! mdr

    Bravo pour le compte rendu, Yvan, et moi qui pensait que c’était parce que tu étais étrange que tu l’avais inscrit sur ton t-shirt…. oui, je sors !! 😉

  17. Grâce à toi…je peux dire que j’étais au QDP 2015 ! ENCORE de L’EXCELLENT boulot…Yvan ! Merci…

  18. Ca donne vraiment envie ! en tous les cas, j’admire le fait que tu sois si à l’aise devant tous ces auteurs… personnellement, j’ai rencontré Grangé une fois et je n’ai rien trouvé à lui dire 🙁 je me sens toujours très cruche devant ces immenses auteurs !

  19. L’année prochaine…. 🙂 enfin j’espère nom d’un chien !!
    Excellent compte rendu, on sent bien le kif total là 🙂

  20. Oui, mais bon, le truc là, c’est qu’on va encore avoir envie d’acheter plein de livres !!
    Je suis contente, j’ai appris un nouveau mot (ochlophobie que je confondais avec agoraphobie) et maintenant je sais de quoi je souffre ! J’aime les grands espaces, mais j’ai horreur de la foule, c’est bien ça Docteur ? (bon j’ai des excuses, je suis toute petite et ça m’oppresse !)
    Bref. Sinon, en plus de tous les auteurs de polars et romans noirs, j’ai aussi découvert un nouvel auteur fantastique, je parle de Glen Duncan, dont je vais de ce pas aller voir la bibliographie…
    A bientôt ! (je n’ai pas encore lu la 2ème partie du compte rendu…)

  21. Ha oui, vivement le prochain de Caryl Ferey, en fait la première fois que je me suis intéressé à lui, sur un de ses premiers polars, Utu ou Haka, je ne sais plus, en exergue quelques lignes d’une chanson de Noir Désir, et je me suis dit qu’un mec qui écoutait noidez ne pouvait qu’être intéressant!!!
    Par contre, que Yasmina Khadra soit présent à Quai du Polar, ne me choque pas du tout, il a quand même commencé a écrire des polars avant des romans avec son héros le commissaire Llob !
    C’est par les photos de Lumières de l’Ombre que je suis arrivée ici et je ne le regrette pas, d’ailleurs je me suis inscrite à ta niouzelettre. A bientôt.

    • Merci Maryy ;-). voilà un message qui me fait très plaisir !
      Déjà parce que tu lis Férey et ensuite parce que tu viens du site Lumières de l’ombre, tenu par une photographe qui a énormément de talent (et je le pense sincèrement).
      Et pour Khadra, merci de cette précision ! Je ne connais pas encore assez bien l’auteur, mais par sa gentillesse il m’a donné l’envie de rectifier cette erreur 😉

  22. Waouhhhh quel superbe compte-rendu!!!! Bravo et merci à toi! A travers tes mots, je viens de vivre les QDP en direct de mon salon!!! Trop contente de ressentir ton plaisir! Je viens de baver et de noter quelques titres sur mon parchemin!! L’histoire du chat me dit vaguement quelque chose ahahahahahhaha 😀

  23. Je suis jalouse mais ravie de lire ce compte rendu! N’empêche qu’on ne voit pas beaucoup ni le Rhône, ni la Saône . J’imaginais des tables chargées de livres le long des quais…. 🙂

    • j’ai mi un moment à comprendre ton commentaire ;-). J’ai tellement l’habitude de voir les Quais du Polar dans cette salle que je n’ai jamais imaginé le truc le long du fleuve, pourtant tu as raison s’aurait été logique !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :