Laurent Gounelle – Le philosophe qui n’était pas sage


cvt_Le-philosophe-qui-netait-pas-sage_2724° de couverture

La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant sa hutte, Elianta tourna les yeux vers Sandro qui s’avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l’on disait philosophe, s’acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ?

Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions… Qu’avaient-ils fait pour mériter ça ? D’heure en heure, Elianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Mon avis

Gounelle poursuit son aventure, dans la lignée des ouvrages précédents ; mix de roman, de développement personnel et de philosophie grand public.

Cette fois, il y rajoute une pointe d’exotisme. Cap sur la forêt tropicale et une peuplade reculée.

Gounelle se sert de cette histoire de manipulation d’un peuple par des hommes venus de la « civilisation », pour nous proposer une parabole en forme de critique de notre société actuelle.

Allégorie sur les méfaits de la société de consommation, de l’individualisme forcené et du capitalisme.

C’est à prendre au deuxième degré, l’auteur ayant décidé de prêter des mots qu’on ne devrait pas trouver dans la bouche de ces « indigènes ».

L’idée est simple et fonctionne globalement bien. Il insiste sur la différence marquée entre le mode de vie de ces gens proches de la nature et l’égoïsme de notre mode de vie, différence entre leur respect des autres et notre mépris.

C’est souvent manichéen, parfois trop, simpliste parfois dans le message, touchant à d’autres moments, et ça se lit tout seul (et c’est plutôt correctement écrit).

Certains passages sont excellent (la transposition du management autoritaire à ce peuple, par exemple).

3 étoiles ? 4 étoiles ? J’aurais aimé une fin moins sirupeuse et un peu plus de surprises pour faire pencher la balance (avis personnel). Malgré son titre, un peu trop sage.

Au final, un bon moment, des idées simples mais fortes et qu’il n’est jamais inutile de rappeler. Égoïstes de tous poils, passez votre chemin, ici on parle de respect.

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :