Interview – 1 livre en 5 questions : Antoine – Christian Blanchard

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

CHRISTIAN BLANCHARD

Titre : Antoine

Editeur : Belfond

Sortie : 17 mars 2022

Lien vers ma chronique du roman

D’où t’est venu ce personnage d’Antoine ?

J’avais envie de travailler, d’écrire, sur l’enfermement. D’une façon plus radicale, je l’avais déjà fait avec Iboga (Belfond 2018, Points seuil 2020) mais, ici, j’ai ajouté la relation fils-père et l’influence, peut-être involontaire, que le père peut exercer sur son fils.

J’ai également très vite eu l’idée de la « boucle de l’enfermement ». Antoine entre dans une spirale enfermante sans pouvoir s’en échapper.

Tu décortiques la manière dont on peut être prisonnier d’un traumatisme…

Les ressorts d’un traumatisme et ses effets me passionnent. Quand je lis des faits divers, je me demande toujours comment on peut arriver à développer une si grande violence sur une personne, parfois jusqu’à tuer. Ce n’est pas inné. J’exclus le coup de colère brutal, imprévisible qui, de mon point de vue, ne conditionne pas la suite d’une vie. Il y a un mécanisme psychologique qui se construit peu à peu et c’est ça qui m’intéresse.

Dans le cas d’Antoine, il va tuer son père pour tenter de sauver sa mère mais il a tout faux. Le père meurt mais il ne sauvera pas pour autant sa mère. Quels traumatismes gardera-t-il ? La suite de son existence est une suite de rencontres plus ou moins traumatisantes. Des « bonnes » mains lui seront tendues mais Antoine saura-t-il les saisir ? Antoine vit également un déchirement intérieur : deviendra-t-il aussi violent que son père ? Cette violence peut-elle être héréditaire ? Il rencontrera l’amour mais, là aussi, l’amour peut être une source de violence…

D’ailleurs, les différentes formes d’enfermement semblent te passionner…

Je reste fasciné mais aussi assez terrifié par toutes formes d’enfermement, qu’elles soient psychologiques ou physiques.

Antoine va vivre les deux mais surtout celle psychologique. Il sera pris dans une boucle dont il ne pourra pas sortir.

C’était important pour toi de placer l’action dans les années 70 ?

Oui. Antoine et moi avons, à une année près, le même âge. J’avais onze ans en 1970. Je suis né à Dieppe et j’ai vécu à Neuville-les-Dieppe comme Antoine. Nous avons des similitudes même si je n’ai pas vécu ni subi ce qu’Antoine vit et endure. De plus, j’avais prévu la fin du livre dès le début de son écriture. Sans dévoiler la chute, les carnets écrits par Antoine se terminent à un moment précis. Cette période est donc celle de mon enfance où j’ai été, comme Antoine, un enfant un peu décalé vis-à-vis du monde qui m’entourait, rêveur, avec peu de copains à l’école. J’habitais à côté d’une ferme et j’ai vécu le développement de la ville avec ses chantiers navals puis son effondrement industriel. Je n’ai d’ailleurs aucune nostalgie de cette période.

Ensuite, j’ai utilisé des éléments de l’époque comme le centre fermé de Vauhallan qui a réellement existé et qui s’est transformé comme je l’indique dans le livre. Et puis, il n’y avait pas de téléphone portable, pas d’Internet, ni de réseaux sociaux qui auraient pu être perturbants pour l’histoire. Il y avait également la réalité sociale dans ces « petites » villes qui collait totalement avec le sujet que je développe.

Tu as choisi de jouer avec deux types de narration dans ce livre…

Oui. Il y a la partie factuelle, celle où le lecteur assiste aux actions d’Antoine et de son entourage. Elle est entrecoupée de carnets écrits par Antoine dans un autre temps et dans un autre lieu. Là, le lecteur revit une partie des faits mais avec le point de vue de son auteur. Il y met ses émotions et son ressenti.

Écrits à la première personne, ces carnets apportent certes une forme de noirceur mais aussi une âme au personnage. Ils sont également utiles pour la fin et la chute de cette histoire.



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

2 réponses

  1. Merci à vous deux pour ce bel échange. 🙏😘

Rétroliens

  1. Antoine - Christian Blanchard - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :