L’assassin de la rue Voltaire – Henri Loevenbruck

Que diriez-vous de visiter la Comédie-Française de fond en comble ? Qui plus est celle de 1789. Sauf que pour avoir ce privilège, il faudra accepter d’y rester enfermé toute une nuit. En charmante compagnie, avec la troupe et les employés. Oh, et avec un meurtrier en pleine activité aussi…

Huis clos

C’est donc à vos risques et périls que vous vous plongerez durant quelques centaines de pages dans ce huis clos historique, la visite se faisant sous l’assistance et l’escorte du sémillant Gabriel Joly. Le journaliste devient fin limier pour renifler les moindres recoins de l’endroit mais aussi les âmes des gens de la balle.

La scène où se jouent les pièces les plus illustres va servir de théâtre aux faux-semblants, cachotteries et autres mensonges.

Le troisième roman de la série des enquête de Gabriel Joly se veut différent dans son approche, moins aventurier. Après une mise en place un peu longuette à mon goût, le temps de raconter le contexte historique (la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) et rappeler où en sont les protagonistes, le récit débute vraiment lorsque les clés des portes du théâtre en ferment les serrures.

Illustre successeur

Nous avons beau nous retrouver durant la révolutionnaire fin du XVIIIème siècle, cette histoire et surtout sa manière de la raconter est clairement un hommage à des œuvres futures d’une grande dame du crime. Gabriel Joly n’a rien de son physique ni de son âge, mais le jeune homme se transforme pourtant en une sorte d’Hercule Poirot.

Pour démasquer L’assassin de la rue Voltaire, le journaliste enquête, consulte et confronte, à la manière de. Au bal masqué des tartuffes, il met toute sa vélocité mentale au service de la vérité.

Et c’est là que le roman prend toute son ampleur. Il n’est pas souvent l’occasion de parcourir des lieux si illustres, à la suite de personnes qui le sont tout autant. Le contexte rend l’ambiance spécifique, et la mise en scène soignée achève de plonger le lecteur dans l’ambiance.

En vers et contre tous, Gabriel Joly fera tout pour arrêter le coupable de cette tragédie.

Tirades jouissives

Lœvenbruck a fignolé les échanges entre les personnages, à coups de répliques et tirades proprement jouissives. Et de courses-poursuites aussi, le long des coursives et des passages cachés de cet endroit mythique.

Le tout, dans un contexte historique finement détaillé et une écriture joliment surannée. Tout pour s’immerger dans le temps et dans les coulisses d’une période illustre qui a forgé ce que nous sommes aujourd’hui.

Jetez-vous à la poursuite de L’assassin de la rue Voltaire. C’est une expérience d’immersion garantie, lors d’un pan de l’Histoire de France, aux cotés de personnages incarnés.

Henri Lœvenbruck en bon dramaturge nous plonge dans un huis clos atypique, dont il n’est pas aisé de deviner le nœud d’une intrigue faite de surprises et de chausse-trappes, tout autant que d’échanges où il fait preuve de sa verve désormais légendaire.

Yvan Fauth

Date de sortie : 21 octobre 2021

Éditeur : XO

Genre : Thriller historique

4° de couverture

Août 1789. La Révolution continue d’embraser le pays. Alors qu’à Versailles, les députés rédigent la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le jeune journaliste Gabriel Joly, endeuillé, peine à retrouver le goût de vivre. Mais une étrange affaire de meurtres va peu à peu le tirer de sa torpeur…
Dans le cercle très secret de la Comédie-Française, une série d’assassinats ébranle la troupe. Les uns après les autres, des comédiens et des employés sont tués en plein théâtre. Alors que Danton lui-même est soupçonné, Gabriel, aidé du pirate Récif, son fidèle ami, mène une véritable enquête policière dans les coulisses de la célèbre institution.
Vrais et faux témoignages, poursuites… Dans un huis clos infernal, réussira-t-il, cette fois, à démasquer l’auteur de ces crimes odieux ?



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Un polar historique, intéressant !

  2. Il a rejoint ma PAL mais j’ai d’abord le 2ème à lire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :