Interview – 1 livre en 5 questions : Il était deux fois – Franck Thilliez

1 livre et 5 questions pour permettre à son auteur de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

FRANCK THILLIEZ

Titre : Il était deux fois

Éditeur : Fleuve éditions

Sortie : 04 juin 2020

Lien vers ma chronique du roman

Il faut plusieurs ingrédients pour réussir un excellent thriller. Le premier est de proposer une accroche étonnante. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celle-ci titille particulièrement la curiosité…

L’accroche est en effet un élément clé. Si elle est suffisamment forte, surprenante, originale, le lecteur n’aura pas envie de reposer le roman. Ici, c’est sans doute plus qu’une accroche, c’est un concept plausible (il peut arriver dans la vraie vie) qui recèle à lui tout seul une bonne partie de la richesse de l’intrigue. Je peux le résumer en deux phrases : un père, qui recherche sa fille disparue depuis 15 jours, s’endort dans un hôtel en 2008. Il se réveille ce qu’il croit être le lendemain, toujours dans ce même hôtel, sauf que nous sommes en 2020.

A la lecture de ces deux phrases, se soulèvent pléiade d’interrogations liées à ce concept même : Que s’est-il passé pour qu’un homme oublie, subitement, 12 ans de sa vie ? Qu’est-il arrivé à sa fille pendant ces années ? Où est-elle, pourquoi a-t-elle disparu ? Qu’ a fait cet homme pendant tout ce temps ? Et, question non des moindres, pourquoi se réveille-t-il exactement au même endroit, si longtemps après ?

Tu es décidément fasciné par la mémoire…

C’est un sujet que j’adore traiter dans mes romans, pour plusieurs raisons. Comme tu le dis, déjà, la mémoire me fascine, d’un point de vue scientifique. Comment stockons-nous les souvenirs ? Pourquoi se rappelle-t-on de choses futiles, ou en oublie-t-on d’autres qui sont essentielles ? Peut-on vivre sans mémoire ? Pourquoi sommes-nous inégaux face à la capacité de retenir ? Ensuite, la mémoire est un terreau dramatique extraordinaire. Les personnages amnésiques, hypermnésiques… jalonnent les pages des livres ou les films depuis des décennies, parce qu’ils fascinent, interrogent, nous ramènent aussi à des questionnements sur notre propre façon de fonctionner.

Niveau suspense, les personnages amnésiques (et il y a de très nombreuses formes d’amnésies, toutes plus spectaculaires les unes que les autres) permettent de créer des situations très fortes. Ils ont par exemple vu l’assassin, mais ne peuvent s’en souvenir. Ils cachent un objet très important, mais ignorent à quoi il sert…

Gabriel, dans mon roman, souffre d’une amnésie psychogène rétrograde (oui, c’est un terme barbare !!), un cas très rare d’amnésie mais qui existe. Ces personnes-là occultent un pan complet de leur vie, sans le savoir. Ils pensent être au lendemain d’une journée normale, sauf qu’il peut s’être écoulé plusieurs années ! On imagine les situations complexes et dramatiques que cela peut impliquer…

La disparition d’un enfant est un ressort inusable. Encore faut-il faire preuve d’imagination. Et aussi faire parler les émotions…

Oui, les disparitions apportent toujours des accroches solides pour des intrigues. Contrairement au meurtre qui ne laisse aucun doute quant à l’avenir de la victime ( !!), la disparition apporte un degré de suspense supplémentaire : la victime est-elle toujours en vie, ou morte ? Où est-elle ? Donc, avant même d’avoir écrit quoi que ce soit (ou si peu), les questions/envies de savoir ce qui va se passer sont déjà là.

Après, effectivement, c’est un ressort maintes et maintes fois utilisé, il faut donc l’utiliser en y apportant, encore une fois, son originalité, sa patte, ce qui fera que cette disparition-à sera à nulle autre pareille. Il faut bien imaginer que Gabriel, mon gendarme/héros amnésique, pense sa fille disparue depuis 15 jours quand il se réveille dans l’hôtel, alors que ça fait 12 ans qu’elle n’a plus donné signe de vie ! Pire : tous les dossiers judiciaires sont clos. Clairement, on ne l’a jamais retrouvée, et on ne la recherche plus. Pour un père, c’est inconcevable. Il va donc, quasi seul, envers et contre tout, se relancer à la recherche de sa fille. Mais a-t-il la moindre chance de résoudre cette enquête ? Comment va-t-il s’y prendre ? Quel indice espère-t-il trouver, alors qu’il y a eu des années vaines de procédures ?

Les rebondissements et les surprises sont légion, et proprement ahurissants. Mais tu as également veillé à poser une ambiance…

À mon sens, l’ambiance joue un rôle primordial dans un thriller, elle doit contribuer à enfermer encore plus le lecteur dans le piège de la lecture. J’ai créé la ville de Sagas quelque part en Haute-Savoie, dans la vallée de l’Arve. Ce n’est pas l’endroit touristique de rêve, bien au contraire : je voulais un décor pesant, avec sa grande prison, sa gendarmerie, l’encaissement de la vallée qui laisse peu de place aux rayons du soleil. Il existe à Sagas un phénomène que l’on appelle « La mort noire », c’est-à-dire ne pas voir le soleil pendant des semaines, à cause de l’humidité et de la géographie particulière de l’endroit. Cela rend les habitants un peu dingues, et suicidaires. Puis on imagine les forêts de pins, les torrents, les lacs d’altitude, où peuvent se cacher de sombres secrets. Sagas, ce n’est pas une ville où l’on vient s’installer sans y être forcé. C’est un endroit où l’on naît, et où l’on meurt…
Pas mal plombée l’ambiance, n’est-ce pas ?

Ce roman peut être lu par tout le monde, qu’on connaisse ton univers ou non, c’est un one shot. Mais, sans trop en dire, ça ne t’a pas empêché de t’amuser à faire plaisir à tes fans et à leur offrir quelques cadeaux…

Il y a en effet une belle surprise de taille dans le roman, quelque chose de complètement inattendu et délirant ! Cela ne posera aucun problème aux nouveaux lecteurs, qui ne remarqueront rien, car l’histoire est évidemment auto-suffisante. C’est comme regarder Shining sans y déceler les multiples symboles cachés par Kubrick, ça n’empêche pas d’apprécier le film !

Mais pour les autres, qui connaissent déjà mes romans, il y aura une prise de plaisir supplémentaire qui, de surcroît, leur ouvrira des portes qu’ils croyaient définitivement fermées !

Photo : Melania Avazanto



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

9 réponses

  1. C’est alléchant ! Ce mois va être riche en superbes lectures !

  2. Mille mercis pour cette interview captivante ! Comme beaucoup je suis impatiente d’ouvrir ce roman et de me laisser submerger par son action. Tu sais poser les bonnes questions et tes interviews sont toujours aussi riches !

  3. J’ai hâte d’y être ! Belle interview d’un auteur fascinant !

  4. il est déjà dans ma PAL, je suis un fan de Thilliez, je n’ai eu qu’une déception pour l’instant 🙂

  5. Il me tarde de le lire! Merci Yvan pour tes interviews toujours passionnantes !

  6. J’ai vraiment hate de le lire. Interview très interessante . merci à vous deux

  7. Mais que vous me le vendez bien… Alleï, dis, une fois, fieu, faudra que je le lise 😆

  8. Je suis de plus en plus intriguée.

Rétroliens

  1. Il était deux fois - Franck Thilliez - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :