L’égarée – Donato Carrisi

L’égarée, le nouveau roman de Donato Carrisi est une sorte de modèle. Il pourrait être un gabarit pour tous les écrivains en herbe qui cherchent à écrire du thriller.

Classique, mais…

Je m’explique…

On peut difficilement faire plus classique et moins original que cette idée d’intrigue. Jugez plutôt : des jeunes enfants sont kidnappés, séquestrés, manipulés. L’une des proies se fait la malle. La chasse au psychopathe est lancée, rendue compliquée par la perte de mémoire de la victime évadée.

Voilà bien le genre d’histoires lues mille et mille fois. Peut-être bien que si ça n’avait pas été Carrisi, j’aurais passé mon chemin…

Oui mais voilà, il s’agit bien du génial auteur italien, responsable de livres qui ont marqué au fer rouge nombre de lecteurs, Le chuchoteur, Malefico, La fille du brouillard… Et l’écrivain, avant de se lancer dans la fiction, était spécialisé en criminologie et sciences du comportement.

Ça change la donne.

Efficacité maximum

Le roman est court, 330 pages. Et c’est effectivement un modèle. Il est d’une ensorcelante efficacité, chaque mot, chaque idée étant exclusivement mis au service de l’intrigue.

Cette manière de faire, parfaitement maîtrisée par l’écrivain, donne une puissante intensité au récit. Si vous commencez le livre, vous risquez fort de vouloir le terminer dans la foulée.

Il est assez étonnant de voir Donato Carrisi faire ainsi muer sa manière d’écrire. Dans certains romans, l’écriture est travaillée, fignolée. Dans d’autres, elle est très factuelle ou davantage tournée vers les personnages.

Dans L’égarée, aucune fioriture de style, l’auteur s’efface complètement derrière son intrigue. Ce pourrait être frustrant mais ça marche du feu de Dieu !

Exercice de style

Tout est calibré pour rendre cette lecture totalement addictive. L’écrivain réussit l’exploit de passionner avec des ingrédients connus et rabâchés. Il arrive à trouver les angles d’attaque, les retournements de situation et l’approche psychologique nécessaires pour qu’on ne lâche plus le livre. Il trouve des idées et des particularités de personnages qui font qu’on ouvre parfois grand les yeux.

Même s’il a pu être présenté ainsi, le roman n’est pas à proprement parler le troisième tome qui suivrait les personnages principaux vus dans Le chuchoteur et L’écorchée. Oui, il existe des liens entre ce livre et les précédents, tout en étant presque indépendant.

Voilà donc un thriller qui s’apparente à un vrai exercice de style. Le genre de roman ultra-efficace, et il faut du talent pour arriver à un tel niveau d’efficience pour le plaisir du lecteur.

Si on devait donner une définition de « page turner » pour le dictionnaire, on pourrait simplement noter : « cf L’égarée de Donato Carrisi ».

Sortie : 03 octobre 2018

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Thriller

4° de couverture

un labyrinthe secret plongé dans l’obscurité.
un bourreau qui y enferme ses proies.
une victime qui parvient à s’en échapper, mais sans le moindre souvenir.

un effroyable combat pour retrouver la mémoire, et une enquête à hauts risques pour traquer celui qui continue
à agir dans l’ombre…



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

17 réponses

  1. J’ai adoré, il est efficace, surprenant, bluffant je n’ai rien vu venir 😊 j’attends toujours avec impatience la sortie d’un Carrisi et celui ci est abouti.
    A bientôt Yvan 😉

  2. Je crois que je vais l’adorer aussi, comme tous les autres romans de l’Italien…Tellement efficace. Merci pour ce retour

  3. Très apprécié également, l’atmosphère est sombre, oppressante et ce petit quelque chose d’unique. Une vraie réussite.

  4. Ah ça donne très envie que Carrisi revienne sur l’univers du Chuchoteur car perso je n’adhère pas à la série du tribunal des âmes. Je vais m’y intéresser grâce à toi coquin 😉

  5. Excellent en effet !!

  6. Oh, il me le faut donc aussi ! Je ne connais pas du tout l’auteur !

  7. J’ai adoré L’Egarée de Carrisi ! Pour moi aussi c’est un thriller parfait. Et bonjour les retournements de situations ! J’ai adhéré à 200 %. Un maître ce Donato Carrrisi !

  8. Dans ma très grande pile, j’espère y arriver avant l’an 2036 !! J’aime l’efficacité maximum, nos politiciens devraient s’en inspirer 😆

Rétroliens

  1. Donato Carrisi – L’égarée | Sin City

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :