Dean Koontz – Soir de cauchemar

4° de couverture  

Amy Redwing consacre sa vie à une association de protection des golden retriever maltraités. Parmi les amis des bêtes, elle est une légende, prenant des risques sans compter pour secourir des animaux martyrisés. Mais un tel dévouement inquiète ses proches.

Pour Brian McCarthy, son soupirant envers qui elle garde une étrange distance, le comportement d’Amy est encore plus troublant, et cache, à ses yeux, un terrible secret.

Personne n’est surpris d’apprendre que Amy a risqué sa vie pour sauver une chienne nommée Nickie, ni qu’elle l’a ramenée chez elle. Un lien particulier et inexplicable unit la jeune femme à l’animal. Même ses deux autres chiens, Fred et Ethel, reconnaissent chez Nickie une nature extraordinaire, l’aura d’un animal alpha.

Mais la joie qu’apporte Nickie dans le foyer est rapidement assombrie par d’étranges incidents. Un inconnu la surveille. Une présence mystérieuse semble avoir élu domicile chez elle. Amy a bientôt la certitude qu’un grand danger se prépare…

Mon avis

Pour bien appréhender cette lecture, il faut sans doute savoir que Koontz a partagé sa vie (et celle de sa femme) avec un golden retriever aujourd’hui décédé.

Difficile de ne pas y voir un hommage à l’animal disparu. Après, que l’on se rassure, même si l’auteur fait partager son amour des chiens, il nous livre un suspense à la Koontz.

On peut même le voir comme un roman à la croisée des chemins, des univers et des époques de l’auteur. Thriller grand public comme ses dernières productions, roman fantastique comme durant son heure de gloire des années 90, thriller sombre et glauque (durant quelques passages) comme pour retrouver l’ambiance de ses écrits les plus anciens.

Tout cela nous donne un melting pot assez étonnant, parfois détonnant, plusieurs fois déroutant.

L’histoire est bourrée de surprises et de virages inattendus, certains passages dégoulinent de bons sentiments, alors que d’autres nous heurtent en plein vol.

Surprenante histoire (bien loin d’un roman parlant du chienchien à sa mémère), « Soir de cauchemar » est un thriller efficace, avec des personnages attachants et des méchants bien détestables. Une écriture vive et alerte, pleine de bons mots lors de dialogues enlevés (proches en cela de son précédent et excellent roman « Un type bien »), expressive lors des moments plus sombres.

Dommage, qu’à l’image de beaucoup de ses compatriotes, Koontz ne développe pas plus avant cette histoire et ne lâche que partiellement les chiens (les 375 pages réglementaires sont insuffisante pour un tel sujet, à mon sens).

Un roman divertissant, qui conviendra à un large lectorat, globalement mieux écrit que pas mal de romans du genre, une production honnête dans la carrière prolifique de l’auteur, et qui fera sourire les fans de longue date (ou en énervera d’autres).

Mention spéciale à certaines scènes vraiment touchantes en lien avec l’animal ou la très jeune protagoniste de l’histoire.

Publication française : 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

15 réponses

  1. Il y a très très très longtemps ( je crois même que l’homme habitait encore dans des cavernes) que je suis et lis Dean Kootz !! Et oui j’aime aussi ce genre litteraire même si j’en lis moins aujourd’hui, mais j’ai frissonné avec King bien sûr et Dean Koontz donc !! A l’époque celui qui m’avait marqué c’était  » midnigth » que je te recommande si tu ne l’as pas lu, et chasse à mort ( je crois que c’était ca le titre mais à vérifier) . Spectre était pas mal non plus !! Allez hop je vais me le rajouter celui ci !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Tu as des facettes cachées 😉
      En fait, Koontz, j’ai tout lu, absolument tout je pense.
      Spectres est pour moi un chef d’oeuvre du roman d’épouvante
      Le Koontz actuel n’est plus tout à fait ce qu’il était, il a changé (comme nous tous) et a gagné en humour

  2. Pour moi Dean Koontz , c’est la maison interdite ou encore Mr Monster ou bien Spectre.
    Mais là comme il y a un golden retriever alors je suis prête à l’adopter.
    J’adore ton humour pince sans rire Yvan.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      😉
      Tu as cité de belles références dans la bibliographie du deuxième K (je l’ai appelé comme ça, chaque année je attendais avec impatience dans ma jeunesse le King et le Koontz)

  3. J’ai lu Dean Koontz et j’ai apprécié plus que tout certains de ses livres. Il me semble que « midnight » était de lui. Je me souviens du livre, il m’avait marqué, mais l’auteur, je ne suis plus sûre… en tout cas, je passerai mon tour ! Pour une fois… 🙂

    Belle chronique en tout cas. ♪ Comme d’habitude ♫

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je te confirme, Midnight est un des excellents romans de Koontz

      • Je le savais ! Il m’avait emmené au firmament, ce bouquin avec mes premiers croquemitaines… ouh que j’avais eu peur… 🙂

        J’en ai lu un autre de lui mais plus moyen de mettre le nom sur le titre. Il me semble qu’il y avait « lune » dans le titre, mais je confond peut-être…

  4. Dean Koontz … le maître de la terreur pour moi.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Koontz était effectivement clairement le maître en la matière à une époque.
      Il est maintenant passé à autre chose, plus grand public

  5. Comme je te le disais, ce roman me rappelle Chasse à mort du même auteur, que j’avais adoré il Y’a 20 ans!
    Je t’ai prouvé hier que tu m’avais donné envie de lire à nouveau du Koontz:)

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Sage décision 😉

  6. Black Kat – Ni O-, ni A- ... juste mon sang artistique, passionnément livresque...

    Quelques titres lus de lui… j’aime beaucoup… merci pour ton avis!!! 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Ce n’est plus le Koontz, maître de l’horreur, mais il a de beaux restes 😉
      Ces romans sont vraiment devenus accessibles à tous

      • Black Kat – Ni O-, ni A- ... juste mon sang artistique, passionnément livresque...

        Justement, j’aimais beaucoup le Koontz de l’horreur… c’est différent oui, mais toujours très bien.. je crois avoir lu déjà une histoire de chien il y a peu d’ailleurs.. faudra que je retrouve! 😉

Rétroliens

  1. A la recherche de l’auteur perdu… | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%