Nele Neuhaus – Blanche-Neige doit mourir

cvt_Blanche-Neige-doit-mourir_46884° de couverture

Une femme est tombée d’un pont sur une voiture. Selon un témoin, elle aurait été poussée. L’enquête conduit Pia Kirchhoff et Oliver von Bodenstein à Altenhain où la victime, Rita Cramer, a vécu avant son divorce d’avec un certain Hartmut Sartorius. Onze ans plus tôt, deux jeunes filles du village avaient disparu sans laisser de trace. Sur la foi de maigres indices, un garçon de vingt ans, Tobias Sartorius, avait été arrêté et condamné à dix ans de prison.

Or, depuis quelques jours, Tobias est revenu chez son père à Altenhain… Dans le village, Pia et Bodenstein se heurtent à un mur de silence. Mais bientôt une autre jeune fille disparaît et les habitants accusent Tobias Sartorius, même si ce dernier a toujours clamé son innocence. Les preuves manquent, la police piétine et certains villageois semblent bien décidés à prendre les choses en main

Mon avis

Le succès kolossal de ce livre en Allemagne (plus d’un million d’exemplaires vendus !), me faisait m’attendre à un roman sortant du lot. Cette lecture est pourtant très vite rentrée dans le rang.

L’histoire est plutôt bien construite, mettant l’accent sur les secrets d’un village, entre omerta, jalousies, manipulations et malversations diverses.

C’est d’ailleurs l’intérêt principal du roman (à mon sens), cette plongée dans le quotidien de gens proches qui se mentent et se trompent au point d’envoyer un innocent en prison pour meurtres. L’auteur prend le temps de décrire les mécanismes d’un erreur judiciaire majeure.

Il n’empêche, le récit est de factures extrêmement classique. Les pièces du puzzle s’emboîtent doucement, assez logiquement, mais jamais l’impression de déjà-vu ne s’est estompée durant ma lecture.

L’écriture de Neuhaus, d’une rigueur toute germanique, presque clinique par instant, n’aide pas à relever la tension du tout. C’est bien écrit, mais un peu fade.

Un roman, pas franchement mauvais, mais une expérience mi figue, mi raisin me concernant, qui conviendra sans doute à l’amateur de polar de passage, et sans doute moins aux accros du genre.

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥

L’auteur :

11856Nele Neuhaus, née en 1967 à Münster en Westphalie, vit depuis son enfance à Taunus, près de Francfort.

Après ses études, elle travaille dans une agence de publicité puis se met à écrire des romans policiers qui rencontrent un succès immédiat. Flétrissure a été le premier traduit en français.



Catégories :Littérature

Tags:, ,

8 réponses

  1. Chez les Neuhaus, je demande les fabricants de pralines !!!! ça se dévore aussi…
    Après le film « Roméo doit mourir », v’la qu’ils nous zigouille la Blanche-Neige, la préférée de narco trafiquants…

  2. J’ai « Flétrissure » dans mes rayonnages mais pas encore lu. Je prends note de ton avis sur « Blanche-Neige doit mourir. Amitiés. Jean.

  3. Ce livre a fait grand bruit mais il ne me tente pas plus que ça. Le côté classique que tu évoques dans ta critique ne me fera pas sauter le pas…

    • + d’un million de vente en Allemagne, je n’arrive pas à comprendre un tel engouement… Alors que de nombreux merveilleux auteurs vendent quelques petits milliers d’exemplaires…

Rétroliens

  1. Bilan livresque : janvier / avril 2013 |
  2. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :