Dean Koontz – Le choix vous appartient

51roGkHU0BL._SL160_4° de couverture

Billy Wiles est un garçon travailleur qui mène une existence tranquille. Mais tout va changer. Un soir, après sa journée de travail comme serveur dans une taverne, il trouve un mot dactylographié sur le pare-brise de sa voiture.

Si vous ne montrez pas ce billet à la police, et qu’elle n’intervient pas, je vais tuer une jolie enseignante blonde, quelque part dans le comté de Napa. Mais si vous montrez ce billet aux policiers, c’est une vieille dame très active dans des uvres de charité que je vais tuer. Vous avez six heures pour décider. Le choix vous appartient.

Cela ressemble à une plaisanterie de mauvais goût, et c’est d’ailleurs l’avis du policier Lanny Olsen, l’ami de Billy, qui lui conseille de rentrer chez lui et d’oublier l’incident. En outre, la police ne peut intervenir puisque le crime n’a pas encore eu lieu. Mais moins de vingt-quatre heures plus tard, une jeune enseignante blonde est retrouvée assassinée, et c’est Billy le responsable de sa mort : la police n’est pas intervenue. Et voilà qu’il reçoit une deuxième lettre, avec un nouvel ultimatum… la vie de deux autres personnes est en jeu.

La vie de Billy, apparemment sans histoire, est alors aspirée dans une spirale vertigineuse, un cauchemar en forme de trou noir. Les notes se succèdent, les comptes à rebours se font de plus en plus courts, et le tueur devient plus audacieux, plus cruel, à chacune de ses manifestations. Billy se retrouve seul au monde, sachant qu’il a le pouvoir de vie et de mort sur des victimes innocentes. Où est le bien, où est le mal ? Et ces mots qui le hantent, issus de ses plus noires terreurs : le choix vous appartient.

Mon avis

Un sujet alléchant pour un traitement convainquant, même si on a l’impression que Koontz aurait pu desserrer un peu plus le frein à main pour se lâcher.

Son personnage principal, attachant, est pris dans un engrenage où le psychopathe de l’histoire (il en faut bien un) joue avec lui, joue avec sa vie et celle de ses proches.

Ce jeu de la mort, où le héros ne peut se fier à personne, même s’il reste assez classique, est particulièrement prenant.

Point d’incursion dans le fantastique pour Koontz comme avec beaucoup de ses romans, mais un vrai polar grand public (l’orientation que semble prendre l’auteur ses dernières années).

Publication française : 2009

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:,

1 réponse

Rétroliens

  1. A la recherche de l’auteur perdu… | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :