The rook – Daniel O’Malley

Mon ressenti

Un auteur australien, avec un nom irlandais, qui a effectué ses études aux Etats-Unis et qui se met au service (surnaturel) de la souveraineté britannique (dans le cadre de son roman), ne pouvait nous proposer qu’un cocktail détonnant. Surtout quand on souligne que les citoyens… belges prennent une part prépondérante dans cette histoire 😉

Imaginez la série télévisée Fringe, transposée en mots, mais dans une version totalement déjantée, sans aucune contrainte budgétaire et vous commencerez à entrapercevoir ce que propose ce bouquin. 

Entrapercevoir seulement, parce que Daniel O’Malley est fou. Ou alors c’est un génie. Mais les deux ne vont-ils pas souvent de pair ?

L’auteur a une imagination débordante et ne se fixe vraiment aucune limite. Croyez-moi, il va très, très loin.

Esprits cartésiens s’abstenir, donc. Si vous ne savez plus laisser divaguer votre esprit et avez besoin de garder vos pieds sur terre, passez votre chemin.

Ici, on parle de pouvoirs surnaturels, tous plus extravagants les uns que les autres et de paranormal version barjo (l’héroïne se dit à un moment que si elle voyait apparaître quelqu’un ayant le pouvoir de transformer un homme en repose-pieds, elle n’en serait pas plus étonnée que ça).

Au rythme d’une ou deux idées délirantes par page (et le roman en fait tout de même 650), le tout pourrait virer au grand n’importe quoi. Si on est capable de laisser son esprit rationnel en vestiaire, The Rook est tout au contraire un pur et réjouissant divertissement, voire parfois même orgastique. 

On débute la lecture en pensant qu’on est en terrain connu. Mais très vite ce mélange d’inventivité débridée, voire de blagues de potache, allié à un ton sooooo British prend une direction assez jubilatoire. L’auteur s’amuse à dévoyer les codes du genre pour notre plus grand plaisir et l’utilisation de la technique du flashback est parfaitement maîtrisée, accentuant l’immersion dans cette histoire abracadabrantesque.

On se dit régulièrement que Daniel O’Malley ne peut pas aller plus loin dans l’escalade de son délire : eh bien si, il le prouve à chaque page ! Et malgré des idées qui fusent dans tous les sens, le tout tient vraiment bien la route, dans le cadre d’une vraie et excitante histoire.

The Rook est donc un pur moment de fun, visant un large public, jeunes et moins jeunes. Parodique à foison, drôle, imaginatif et addictif à souhait. Bref, c’est juste le pied ! Vivement la suite qui semble être annoncée.

Sortie : 15 mai 2014

Éditeur : Super 8

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥ 

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥ 

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥ 

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 

Émotion : ♥♥♥ 

Note générale : ♥♥♥♥ 

4° de couverture

Victime d’une agression, Myfanwy Thomas reprend conscience dans un parc de Londres. Autour d’elle, des hommes en costume portant des gants de latex. Tous sont morts.

Situation peu réjouissante, certes, mais il y a pire : Myfanwy ne se souvient plus de rien. Le plus surprenant, c’est qu’elle semble avoir prévu cette amnésie. Elle a sur elle une lettre écrite de sa main lui expliquant qui elle est et ce qu’elle doit faire pour découvrir qui veut l’éliminer.

C’est ainsi que Myfawny rejoint le siège de la Checquy, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne britannique. Au sein de cette version paranormale du MI5 anglais où elle occupe un poste élevé, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, la jeune femme va rapidement se retrouver seule, cherchant son chemin dans un univers d’ombres et de menaces. À présent, il va lui falloir lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables.



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

28 réponses

  1. A priori j’aurais passer mon chemin mais là je n’ai qu’une envie: le découvrir!!!!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Ah ben chouette alors ! J’ai réussi à faire passer mon message, ça fait plaisir 😉

  2. Tu as raison cet auteur est fou, son univers déjanté et son imagination débridée. Un mixte entre le monde de Jasper Fforde et celui de Jim Butcher. C’est une vrai addiction, je suis fan de cette fantasy urbain inventive et intelligente.
    Merci mister Yvan de la promouvoir. Elle va plaire à pas mal de reader’s dérangés;) 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      merci toi !
      Oui c’est le genre de dérangement qui fait du bien à l’esprit 😉

  3. Non, je passerai mon chemin ! Pas qu’il n’ait pas l’air « super » et que je n’aime pas ça, tu me connais, le « déjantage » et moi, ça ne fait qu’un 😉 mais tu connais aussi l’état de mon stock à lire qui est catastrophique et que tu ne fais rien pour arranger avec tes chroniques sur des livres super… donc, une fois de temps en temps, je n’ajoute rien et ça me fait du bien !! 😀

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Eh oui il faut parfois faire des choix cruels dans la vie 😉

      • Choix cruels, mais atténués par d’autres ! Je viens de lire en une journée « des noeuds d’acier » et j’ai kiffé !! Et devine ce qu’on vient de me prêter ????? Joyland !!! YES 😉

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          tu es chanceuse toi, tu le mérites ? 😉

          • Sans doute que non ! Je suis une vilaine petite fille qui n’a rien foutu aujourd’hui… du moins, pas grand-chose 🙄

            Rhôôô, je ne méritais même pas mon salaire, ce jour !! Mais j’ai parfois un pote que je croise et que me file des livres 😉 Je devais être cocue !

            • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

              non, tu as juste de super potes 😉

              • Une connaissance que j’apprécie, sauf quand il me raconte sa vie sentimentale qui est pire que Dallas-Dynastie !!! 😆 J’te jure, un truc de ouf !

                • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

                  Il devrait écrire un livre… et te l’offrir ensuite 😉

  4. Il est dans la PAL, certainement une des prochaines lectures. Merci pour ce billet qui fait saliver !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      merci à toi !
      Très curieux d’avoir ton avis sur cette lecture !

  5. Comme je n’ai pas un esprit rationnel du tout, je pense que ce livre est fait pour moi…Cependant, il faut savoir que ma pal me parle et elle me dit « Putain, on est trop serré, fait trop chaud, on ne sait plus bouger et les chaleurs arrivent pfiouuuuu… » !!! Comme c’est moi la chef hein…j’achèterai ce livre na!!!!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      ahah Je te reconnais bien là 😉
      Et puis on parle de tes compatriotes dans ce livre !

  6. Je suis comme certains , j’aurais passé mon chemin . Là tu me mets le doute. … Tu es si enthousiaste que je le rajouterais bien à ma liste. Je vais me réunir avec moi même et réfléchir. .

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      ben qu’y puis-je si tu as EXACTEMENT les mêmes goûts que moi ? 😉

  7. un gros coup de coeur pour moi! j’attends la suite avec impatience!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      moi aussi ! j’espérais la suite pour 2015 mais il va falloir attendre 2016

Rétroliens

  1. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2014 – De la 25ème à la 21ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Catalogue 2017 des éditions Super 8 : les premières infos | EmOtionS – Blog littéraire et musical – Chroniques, avis, comptes-rendus

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%