Interview – 1 livre en 5 questions : Délivre-nous du mal – Chrystel Duchamp

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

CHRYSTEL DUCHAMP

Titre : Délivre-nous du mal

Editeur : L’Archipel

Sortie : 20 janvier 2022

Lien vers ma chronique du roman

Ton roman nous plonge dans une enquête policière qui parle de disparitions et d’étranges décès…

En effet ! L’intrigue débute en 2018 avec des jeunes femmes qui disparaissent sans laisser de traces et sans informer quiconque de leur départ. Un an plus tard, des cadavres sont retrouvés pendus et mutilés dans des sites désaffectés. Puis, en 2020, alors que les deux premières enquêtes piétinent, les habitants d’un petit village du Rhône sont frappés par d’inquiétantes crises de folie.

Ce pitch de départ est somme toute assez classique : disparitions, meurtres… Les ingrédients incontournables d’un polar ! Toutefois, j’ai tenté d’apporter de l’originalité à cette histoire, que ce soit dans sa construction et par les thématiques qu’elle aborde.

Oui, davantage qu’un polar, ton roman se veut ancré dans la société actuelle…

Je me pose toujours d’innombrables questions sur l’être humain, sur la société actuelle et ses dérives. Écrire est un exutoire à mes incompréhensions et aux injustices dont je peux être témoin. Il m’est indispensable de proposer des récits qui amènent mon lectorat à se questionner.

D’une manière globale, mes romans s’ancrent dans la problématique de la limite : jusqu’où peut-on aller au nom de… Dans L’art du meurtre, mon premier roman, je m’interrogeais sur les limites de l’art ; dans Le sang des Belasko, j’évoquais les limites que peut repousser la jalousie au sein d’une famille. Enfin, dans Délivre-nous du mal, j’aborde les limites qui peuvent être franchies au nom d’une cause. Quels extrêmes peuvent naître de combats, aussi légitimes soient-ils ?

Tu joues littéralement avec le lecteur avec trois (!) prologues qui intriguent particulièrement…

J’adore construire mes romans de façon originale. La linéarité m’ennuie. L’intrigue de Délivre-nous du mal s’articule en trois parties. Chacune bénéficie de son prologue et de son épilogue. Toutes les trois se déroulent sur une année différente, avec une enquête différente. Bien entendu, un lien unit tous ces éléments : le commandant Missot, mon héros. Il fallait que je frappe fort avec les prologues pour que mon lecteur n’ait pas le sentiment de plonger dans une énième histoire de meurtres et de disparitions. Le troisième prologue déroute encore plus puisqu’il flirte avec le fantastique.

Décidément, aucun de tes trois romans ne se ressemble…

Cette remarque est un vrai compliment : m’auto-plagier est l’une de mes hantises. J’ai envie de surprendre mon lectorat à chaque nouvelle parution. Je refuse de me reposer sur mes lauriers et d’user d’une recette bien rodée. En tant que lectrice, j’aime lire des registres variés et j’adore être surprise. En tant qu’auteure, cette diversité m’intéresse aussi. Pour l’instant, je me concentre sur le suspense, mais, à l’avenir, proposer du fantastique, de l’anticipation, ou même des récits plus légers ne me déplairait pas. Au contraire !

S’il fallait peut-être trouver un lien entre eux, c’est ta manière de jouer avec les apparences…

C’est très bien résumé ! Mes romans partagent la notion de « limite » comme je l’expliquais plus haut, et comme tu le soulignes, celle des apparences. J’ai dévoré, au fil de sa diffusion, la série Desperate Housewives. L’une des accroches promotionnelles était : « Derrière les portes closes ». Cette phrase résume parfaitement la ligne directrice de mes écrits : qui se cache derrière ceux que nous croyons connaître ? Tout ceci m’intéresse énormément, notamment parce que la complexité de l’âme humaine me fascine. Je le dis dans Délivre-nous du mal : « On ne connaît jamais les gens qui nous entourent. Aussi proches soient-ils. ».



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

6 réponses

  1. J’ai plaisir à lire les mots de cette auteure que j’aime beaucoup ! Nul doute que cet opus nous réservera une fois de plus le meilleur !

  2. J’ai adoré mais la fin m’a glacé…de terreur …

  3. « le sang des Balasko » est sur ma wishlist. Le second aussi. Sympa cet échange. Merci à vous deux. 🙏😘

  4. Une façon intéressante de présenter ce livre, à lire sûrement !

Rétroliens

  1. Délivre-nous du mal - Chrystel Duchamp - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :