L’inconnu de la forêt – Harlan Coben

Plus la peine de présenter Harlan Coben. Il est un immanquable des auteurs de thrillers grand public. Son nouveau roman parle une fois encore de disparition, le sujet « facile » et cyclique pour créer de la tension et de l’espoir dans ce genre de romans.

On se dit, je me dis, qu’au bout d’un moment ça ne pourra plus accoucher que d’une histoire stérile, née sur les cendres des précédentes, leur ayant pompé leur sang juste avant.

Et pourtant… L’inconnu de la forêt m’aura épaté, pour plusieurs raison.

Forme et fond

Pas d’étonnement concernant la qualité de la construction de l’intrigue en elle-même, c’est du boulot propre et parfaitement maîtrisé. On n’en attend pas moins d’un tel auteur.

Ce qui s’est avéré plus surprenant, ce sont cette manière de « réinventer » cet éternel sujet tournant autour de disparus et le vrai fond qui prête matière à réflexion.

Quand on rajoute que la palette de personnages est vraiment étonnante et que les dialogues sont particulièrement enlevés, le roman se révèle être un thriller idéal pour se détendre, mais aussi un peinture vitriolée des riches et puissants américains (dont les politiques).

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il y a un message, Coben comme à son habitude n’oriente pas ostensiblement le propos. Mais sa vision lucide de certains milieux et de certaines personnes fait réfléchir sur la nature humaine, et la manipulation de masse. Surtout dans un pays tel que les USA aujourd’hui… C’est là que ses dialogues font mouche.

Quant à la trame autour de jeunes qui disparaissent, elle arrive encore à surprendre. Impossible d’anticiper où va nous mener l’écrivain américain tant son intrigue est loin d’être linéaire. Arriver à rejouer ce rôle avec caractère, après tant de romans, c’était loin d’être gagné.

Un inconnu à découvrir

Mais ce qui fait le sel de ce récit, ce sont bien les personnages, assez typés, singuliers. Dont cet Inconnu de la forêt, qui n’en est plus tout à fait un à la fin des 430 pages. Un protagoniste au passé mystérieux et qui se dévoile par petits bouts. Atypique et attachant, au point qu’on se dit qu’il aurait toutes les caractéristiques pour devenir un bon personnage récurrent.

Mais il n’est pas le seul, le registre est plus vaste, dont l’avocate de service. Elle est un pont en forme de clins d’œil avec le précédent roman de l’auteur, Ne t’enfuis plus. Rien à voir avec une suite, simplement d’intéressantes et amusantes connexions tissées entre les deux, et qui raviront les fans.

Les liens familiaux sont toujours au cœur des intrigues du romancier, c’est encore le cas cette fois-ci. Un terrain de jeu de rôles intarissable, qu’il sait cultiver mieux que personne, même après toutes ces années.

Et le final est à la hauteur, pas uniquement par de jolis retournements de situation, mais, aussi avec des « morales » à méditer.

L’inconnu de la forêt nous emmène en terrain connu et pourtant arrive encore à surprendre. Harlan Coben rejoue la partition avec le talent qu’on lui connaît. Avec en toile de fond de vrais questionnements sur une société gangrenée. Quant au personnage titre, il est étonnant, et ça vaut de l’or pour accrocher définitivement le lecteur.

Yvan Fauth

Date de sortie : 15 octobre 2020

Éditeur : Belfond

Genre : Thriller

Traduction : Roxane Azimi

4° de couverture

WILDE.
SON NOM EST UNE ÉNIGME, TOUT COMME SON PASSÉ.

Il a grandi dans les bois. Seul.
Aujourd’hui, c’est un enquêteur aux méthodes très spéciales.

VOUS IGNOREZ TOUT DE LUI.

Il est pourtant le seul à pouvoir retrouver votre fille et cet autre lycéen disparu.
Le seul à pouvoir les délivrer d’un chantage cruel. D’un piège aux ramifications inimaginables.

Mais ne le perdez pas de vue.

CAR, DANS LA FORÊT, NOMBREUX SONT LES DANGERS ET RARES SONT LES CHEMINS QUI RAMÈNENT À LA MAISON.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

5 réponses

  1. Je suis censée le recevoir ces jours-ci, donc je vais essayer de ne pas avoir en tête ton billet, histoire de ne pas avoir d’idées préconçues ! Il se trouve que je n’ai pas lu « Ne t’enfuis plus », je n’aurais donc pas les « connexions » que tu évoques (et pourtant j’ai lu la plupart des Coben, pas de chance !). Je me pose du coup la question si je cours à la bibliothèque pour me le procurer et le lire avant, ou s’il s’agit de simples clins d’oeils dont l’absence ne grèvera pas ma lecture ? Merci de me donner ton avis !

  2. Je viens de le recevoir ce soir. Je vais le commencer dès demain matin dans le train qui m’emmene au boulot 😁😉

  3. Tu me connais, très grande fan de l’auteur, donc ta chronique me fait plaisir ! Je dois cependant admettre que ce n’est pas son meilleur mais que sa recette, aussi vieille et utilisée soit-elle, fonctionne toujours à merveille pour me faire passer un bon moment ! J’ai adoré en savoir plus sur l’énigmatique Esther qui débarque dans plein de romans avec son arrogance et sa connaissance du code pénal ! Par contre je suis plus nuancée que toi par rapport à « l’inconnu »… comme pour le personnage de Nap dans un roman précédent, il y a trop de caractéristiques qui me renvoient à l’indétrônable Myron… mais c’est mon seul bémol !

  4. J’ai arrêté de lire les romans de l’auteur depuis un certain temps… Ça ne me bottait plus et malgré tout, je n’ai pas envie d’aller à la rencontre d’un inconnu dans la forêt ! Si toi tu aimes te balader dans les forêts à la rencontre d’inconnus, c’est ton droit ! 😆

  5. Oh la la il est tentant ce titre !!! Ce sera l’occasion de retrouver la plume de l’auteur, je n’ai lu que « Dans les bois » et « Innocent », deux supers titres.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :