1793 – Niklas Natt och Dag

1793 n’est clairement pas un livre comme les autres. Une parfaite illustration de toute la richesse que peut proposer un bon roman noir, d’un point de vue historique, sociétal, distractif ou humain. Niklas Natt och Dag a combiné le tout avec un immense talent, pour une plongée mémorable dans la Suède d’il y a 225 ans.

Vivant

Construit en quatre actes, autour des quatre saisons, ce livre est d’abord une machine à remonter dans le temps. Vous êtes à Stockholm, vous ressentez les conditions de vie de l’époque, froid, odeurs, manques, ivresse… Les descriptions sont incroyablement parlantes, générant des images mentales criantes de vérité, sans jamais tomber dans l’ennui.

La vie était difficile, horrible par bien des aspects ; famine pour beaucoup lors d’un des hivers les plus froids de mémoire d’hommes, que la plupart tentent d’oublier à coup de gnôle. Conditions de vie encore plus difficiles pour les femmes dans une société où elles sont rapidement mises au ban si elles ont le malheur d’être soupçonnées de coucherie (que ce soit vrai ou non…).

L’auteur suédois propose une construction narrative connue, mais avec un tel talent qu’on est vite subjugué. Le genre d’histoire qu’on prend le temps de lire, en immersion dans le passé et dans la vie de protagonistes aux caractères bien marqués.

Couple d’enquêteurs atypiques

Quatre parties bien différentes, dans un contexte historique commun. Polar d’abord, sombre thriller ensuite, roman noir social pour continuer, avec un dénouement comme une combinaison du tout.

Créer un environnement aussi crédible, avec un nombre de recherches qu’on imagine immense, est déjà un exploit. Mais ça ne suffit pas à faire un bon livre, et le risque était de tomber dans la démonstration magistrale. Non seulement ce n’est pas le cas (à part l’accumulation des noms de rues à coucher dehors), mais le récit est fortement gorgé d’émotions. On y parle même de la révolution française (ce qui est d’ailleurs tout sauf anodin).

Les personnages. Sans eux, rien ne vit. Ils sont formidables. L’écrivain réinvente le couple d’enquêteurs, avec deux protagonistes atypiques et que rien ne semblait devoir rassembler. Oui, une sorte de Sherlock et Watson mais avec leurs particularités. Une singularité qui les rend terriblement attachants, à travers leur esprit et leur singularité. Et ils ne sont pas seuls, d’autres personnages marquent le lecteur, dont un personnage féminin tout aussi important que les deux limiers.

Car il est bien question d’un meurtre atroce, dans une société où pourtant la mort est à tous les coins de rue. Une affaire qui sert à faire le lien.

Coup de maître

L’histoire est magnifiée par une belle écriture, bien en phase avec l’époque, travaillée mais toujours facile à lire. L’aspect divertissement (intelligent) n’est jamais mis de côté, c’est au contraire le pivot de ce que propose l’auteur.

Et quelle intrigue ! Pleine de surprises, qui sait à la fois prendre son temps et trouver sa propre dynamique. Qui sait mettre en valeur les personnages et créer une vraie ambiance noire.

L’histoire est prenante de bout en bout, avec différentes cadences. Et que dire du final… D’une rare finesse, il est tout bonnement bluffant et digne des attentes générées par le reste du récit.

1793 est un livre que l’éditeur Sonatine compare au Parfum de Patrick Süskind. L’analogie a clairement du sens, mais se serait faire injure à ce livre que de le réduire à cette seule comparaison. Avec ce premier roman, Niklas Natt och Dag marque les esprits. Pour le lecteur curieux, cherchant un livre intelligent, vraiment distrayant et source de belles émotions, 1793 est un coup d’essai, subtil et habile, qui se transforme en coup de maître.

Yvan Fauth

Date de sortie : 04 avril 2019

Éditeur : Sonatine

Genre : Thriller historique / Roman noir

Traduction : Rémi Cassaigne 

4° de couverture

1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C’est dans cette atmosphère irrespirable que  Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre au jour une sombre et terrible réalité.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

11 réponses

  1. Je n’avais pas accroché et l’ai lâché au bout de 50/100 pages.
    Je vais peut être retenter

  2. Merci pour ce compte-rendu qui me donne vraiment envie de découvrir ce roman.

  3. Récit surprenant ms très vite addictif ! La description de la vie quotidienne des petites gens à Stockholm est particulièrement réussie. Le crime est plus que désespérant, les enquêteurs des personnages très forts, originaux à la fois sur le plan de la création et sur celui de leur « existence », êtres humains vivant au 18èS en Suède. Formidable roman ! On ressent physiquement le froid, la faim, l’alcool … À lire !

  4. Effectivement un thriller qui ne ressemble à nul autre ! J’ai été le premier surpris en me découvrant accro à la plume et à l’intrigue de l’auteur.
    Je ne sais toujours pas si c’est son vrai nom ou un pseudo… Nuit et Jour c’est plutôt étrange comme patronyme.

    • Merde, j’avais jamais fait le rapprochement ! 😆

      @Yvan : il était plus que temps que tu le lises !! (je fais ma maline, mais je te raconte pas mon retard). Contente que tu l’aies apprécié autant que nous trois (Lord, la fée, la Bestiole que je suis).

  5. Énorme coup de cœur pour ce roman!❤️

  6. J’ai littéralement dévoré et adoré ce livre ! 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :