Ephé[mère] – John N. Turner

On pense connaître les gens, mais on ne détient qu’un morceau de ce qu’ils sont vraiment, à travers ce qu’on peut voir d’eux et de notre propre prisme.

Choral

Isabelle Lelièvre est le genre de personne qui ne se fait pas remarquer, toujours en retrait, jamais un mot plus haut que l’autre (quand elle parle…). Une personnalité renfermée face à celle plus expansive de son mari.

La banalité des caractères peut pourtant cacher des secrets et mener au drame.

John N. Turner n’est pas du genre à faire dans la surenchère, les rebondissements en cascade ou les histoires improbables. Ephé[mère] (formidable titre) n’est pas du tout un thriller mais un roman proche du fait divers, et raconté par de multiples voix.

Un roman choral, déstabilisant par sa construction. Il faut le lire telle une enquête de voisinage, comme si nous avions accès à ceux qui ont côtoyé Isabelle Lelièvre (de manière plus ou moins proche), comme si nous discutions avec eux.

Différents points de vue

Le sentiment de lecture est étrange, la 4ème de couverture ne raconte pas grand chose (et c’est très bien !). Ces rencontres à travers les mots se font sans qu’on ne puisse comprendre le schéma qu’à la fin.

Du coup, on se laisse porter par les dires des personnages, par leurs émotions, leurs ressentis, leur mauvaise fois. Des manières de voir les choses quelquefois diamétralement opposées, mais qui enrichissent la compréhension du personnage central (qui est paradoxalement en retrait).

Même si ça tourne parfois à l’exercice de style, cette manière d’écrire et de présenter les faits est aussi originale qu’immersive. Et l’émotion est davantage présente que dans le précédent roman de l’auteur où il disséquait cliniquement un autre fait divers (Alabama shooting, en 2015).

Ephé[mère] est un roman noir vraiment original et audacieux par sa construction. John N. Turner plonge dans la France profonde (mais pas que…) et imprime sa patte avec une histoire plus sombre qu’il n’y parait. Voilà bien une lecture atypique.

Yvan Fauth

Lien vers l’interview de John N. Turner au sujet de ce roman

Date de sortie : 04 avril 2019

Éditeur : Editions de l’Aube

Genre : Roman noir

4° de couverture

Un long chapelet de prénoms s’égrène de la Savoie rurale à l’Amérique post-industrielle de Detroit : Hope, Jean-Pierre, Garrett, Anne-Marie, Casey, Jocelyne, Evelyne, Lauren, Georgette, Philippe, Jason, Jérôme.Tous ont croisé dans leur vie cette femme effacée et taiseuse : Isabelle Lelièvre.Ils l’ont connue, désirée, convoitée, aimée, mariée, fréquentée, oubliée, interrogée, soignée ou simplement croisée. Ils détiennent tous à leur manière un fragment de son secret intime, une pièce du puzzle de la nature humaine, une facette de sa vie, une parcelle de la vérité.Seul le lecteur pourra reconstituer cette énigme : qui est réellement Isabelle ?



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Non, ne dis rien, ne me frappe pas (il faut oublier, tout peut s’oublier), mais je n’ai pas encore le son amérithrax et l’autre qui a suivi, mais ils sont toujours dans la PAL urgente ! 😆

    J'aime

  2. J’ai ajouté ces deux titres dans ma liste. Ils me paraissent sincèrement très intéressants. Merci à toi.

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Ephé[mère] – John N. Turner – EmOtionS – Blog littéraire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :