Cataractes – Sonja Delzongle

C’est devenu une rareté, mais il existe encore des thrillers qui ne ressemblent à rien de connu. Des histoires à l’atmosphère originale, aux personnages inattendus, à l’intrigue singulière. Cataractes en fait partie, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir dès les premières pages.

Histoire d’eaux

Je profite en liminaire pour préciser que ce récit est une histoire d’eaux, le titre est à comprendre dans ce sens.

L’eau élément originel, mère de toute vie, mais qui peut également s’avérer meurtrière quand les torrents se déchaînent.

L’autre élément prépondérant est la Serbie, la terre d’origine de Sonja Delzongle, qui est clairement la matière première que l’auteure malaxe pour proposer une intrigue hors du commun.

Outre l’air pur des montagnes serbes, l’écriture en devient parfois aérienne, portée par le souffle de l’histoire et poussée par le feu intérieur qui ronge les personnages.

Le livre débute par une scène de cauchemar, particulièrement prenante. Un tourment qui va suivre le personnage principal toute sa vie, toutes ses nuits, avant qu’il ne revienne aux sources.

Ambiance

L’idée de la cité engloutie refait étonnement surface en ce moment, avec ce roman comme avec celui d’Olivier Norek. Une sorte de vision apocalyptique de ce qui attend notre monde, qui ne laisse plus la nature avoir sa vraie place ?

Je voudrais vous raconter cette histoire en quelques mots que j’en serais bien incapable. Elle est si riche, si surprenante, si variée qu’elle ne peut que se vivre à travers la lecture. Il faudra aller au bout pour faire le lien entre ces faits étranges qui perturbent cet arrière-pays des Balkans.

Cataractes, c’est tout d’abord une ambiance. Pesante, crépusculaire, fantomatique. Le réel devient mystérieux, se brouille dans la majesté des lieux et la magie des traditions. Un sentiment vraiment étonnant, mélange d’étouffement et de respiration.

C’est ensuite une intrigue qui semble avoir des ramifications infinies, avant de se resserrer de manière inattendue. Sur les terres brûlées d’une terrible guerre fratricide qui n’est vieille que d’à peine plus de deux décennies, l’écrivaine construit son histoire avec une volonté de sortir des sentiers battus tout en retrouvant avec émotion ses racines.

Singularité

L’art du roman noir est parfait pour ainsi transmettre des émotions tout en décrivant un monde sombre. Sonja Delzongle maîtrise l’art de créer une tension, de déstabiliser le lecteur. La fin en est la preuve ultime.

Même si le récit tient beaucoup au passé du pays, elle a souhaité l’imprégner d’une sorte d’immédiateté angoissante en écrivant au présent. Une autre manière de déstabiliser le lecteur.

Cataractes est un thriller différent, profondément oppressant, troublant par son atmosphère unique et ses directions déroutantes. Dans un monde de plus en plus lisse, Sonja Delzongle prouve sa singularité, roman après roman. C’est d’autant plus marquant cette fois-ci, avec cette confluence entre ses origines et des préoccupations plus actuelles.

Date de sortie : 11 avril 2019

Éditeur : Denoël

Genre : Thriller / Roman noir

4° de couverture

Il y a quarante ans, le petit Jan Kosta, trois ans, a été l’un des rares survivants de la terrible catastrophe de Zavoï. Lors d’un gigantesque glissement de terrain, ce village des Balkans a été littéralement englouti sous des torrents de boue. Sauvé par son chien qui l’a traîné, inconscient, hors de l’eau fangeuse, Jan a perdu toute sa famille.
Devenu hydrogéologue, Jan reçoit un coup de fil alarmé d’un ami ingénieur. Il se passe des choses étranges dans et autour de la centrale construite sur les flancs de la montagne de son enfance. Les gens ont des comportements imprévisibles, parfois violents. Les moines du monastère voisin ont tous disparu, et les bâtiments délaissés accueillent désormais un institut psychiatrique.
Vladimir demande à Jan de venir étudier les faits. Que le mal vienne de la centrale, de la montagne ou des hommes, si un nouveau drame est sur le point de se produire, seul un survivant de Zavoï aura une chance de pouvoir tout arrêter.



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

12 réponses

  1. Terminé à l’instant !!
    Belle chronique

  2. Dans ma PAL à venir. Je le reçois d’ici demain normalement.
    tu m’as bien mis l’eau à la bouche!

  3. Un roman qui semble original et palpitant!

  4. Bon, j’avais apprécié « Boréal » et m’étais réconcilié avec l’auteure et puisque ce nouveau roman ne met pas en scène sa flic que je n’aime pas, je note et je vais chercher à l’acheter, puis, accessoirement, à le lire 😉

  5. Aude et toi Yvan, vous avez aimé donc deux raisons de le lire 😉 merci et bon weekend ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :