Treize – Steve Cavanagh

Pour ceux qui pensent que les scènes de prétoire sont souvent trop classiques, Steve Cavanagh va vous faire changer d’avis, il dynamite le genre. En trois romans, il a imprimé sa patte très personnelle dans le domaine du thriller juridique.

Troisième aventure d’Eddie Flynn, et troisième grande réussite. Treize arrive une fois de plus à captiver au point de ne pas pouvoir lâcher l’affaire sans en connaître le verdict.

Intrigue folle

Dans mon fantasme de lecteur, j’imagine bien l’écrivain assis devant son bureau à se demander comment il va réussir à proposer une intrigue encore plus dingue. Je le vois trouver cette idée folle, un sourire en coin, et se remuer les méninges pour construire une histoire crédible autour.

Parce que le pitch est sacrément audacieux : lors d’un procès très médiatisé, le vrai tueur n’est pas dans le box des accusés, mais dans le jury. Rien qu’à l’évocation du concept, j’en avais le palpitant qui s’accélérait, impatient et intrigué de savoir comment l’auteur allait parvenir à faire tenir son intrigue debout.

Replaçons le contexte : Eddie Flynn, ancien escroc devenu avocat, et qui s’est racheté une conscience avec son nouveau boulot. Il a dorénavant un vrai code de conduite, ne défend que les innocents et les causes perdues. Il lui arrive juste d’utiliser ses anciens talents avec des méthodes peu orthodoxes.

Enquête, action, plaidoirie et fun

Les romans de Cavanagh sont tout autant des enquêtes que des plaidoiries à l’américaine. Ils sont bourrés d’adrénaline et d’action, plein de fun et d’esprit. Treize ne déroge pas à la règle, mais l’écrivain irlandais ne se repose pas sur ses lauriers pour autant. Et, même si c‘est toujours mieux de suivre l’ordre, le roman peut vraiment se lire individuellement.

Cette fois-ci, il modifie son système narratif pour ne pas s’encroûter. Toujours avec cette volonté de surprendre et de se renouveler, il alterne cette fois-ci les chapitres. Entre ceux mené par Flynn et ceux qui se déroulent dans la tête du tueur / juré, on suit les yeux grand ouverts ce procès d’une star inculpée du meurtre de sa femme et de son supposé amant.

Jubilatoire et addictif

Cette manière de raconter est totalement addictive et oblige l’auteur à être constamment inventif, toujours sur la corde raide.

La narration nous plonge littéralement dans les rouages d’un procès et les coulisses du système judiciaire américain. Avec la forte dose de plaisir et de distraction en plus, suite à l’accumulation de scènes assez jubilatoires.

Treize n’est peut-être pas mon préféré de la série, mais il se révèle être vraiment réjouissant du début à la fin.

En trois romans, Steve Cavanagh a dépoussiéré le thriller juridique en y rajoutant de fortes doses d’action, de suspense et de divertissement. Son personnage principal est formidable et il est un maître pour continuellement jouer avec nos nerfs. Treize est une nouvelle réussite, un incontournable des thrillers à lire cette année, sans aucun doute.

Sortie : 17 octobre 2018

Éditeur : Bragelonne

Genre : Thriller

Traduction : Benoît Domis

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’audace de l’intrigue

La manière d’arriver à faire tenir debout une telle histoire

Le coté à la fois fun, dynamique et intelligent

Le personnage principal

4° de couverture

Rachel et Bobby Solomon formaient le couple le plus glamour d’Hollywood, ils avaient le monde à leurs pieds. Mais Rachel est morte, le crâne fracassé, et Robert se tient aujourd’hui dans le box des accusés.
À quelques heures du procès, la défense a appelé Eddie Flynn à la rescousse. En acceptant le dossier, l’ancien escroc s’est lancé dans la partie la plus difficile qu’il ait jamais eue à jouer. Car un homme l’observe, invisible, assis parmi les jurés. Tuer Rachel n’était qu’un début, son oeuvre peut véritablement commencer…


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

12 réponses

  1. Un ecrivain connu juste de par son nom , mais jamais lu
    Alors pourquoi pas
    Merci
    Bonne journée

  2. Excellente nouvelle ! J’avais adoré les deux précédents!

  3. Le résumé donne envie de le lire!

  4. Ah effectivement, un concept très intéressant!

  5. Mince, je n’ai pas encore lu « douze » et « onze » !!! C’est grave, docteur ? 😀

    Encore un auteur que je voudrais découvrir, mais ayant les yeux plus gros que le ventre, je n’y suis pas encore arrivée :/

Rétroliens

  1. Nouvelles découvertes irlandaises #21 : novembre 2018 | Lettres d'Irlande et d'Ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :