Rencontres : Baptiste Beaulieu – Romain Puértolas

chronique littéraire

Le hasard fait parfois bien les choses. Mais le hasard existe-t-il vraiment ?

Au cours de cette semaine, à deux jours d’intervalle, j’ai pu rencontrer deux auteurs « qui font du bien », deux écrivains particulièrement attachants et qui ont bien des points communs.

Le hasard fait parfois bien les choses (même si j’ai des doutes sur la notion de hasard concernant ce point là) : même leurs couvertures se ressemblent.

L'extraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-resté-coincé-dans-une-armoire-ikea Romain Puértolas                                                                   Baptiste Beaulieu - Alors vous ne serez plus jamais triste

Baptiste Beaulieu était invité à la Librairie Kléber de Strasbourg le 21 avril 2015 pour une conférence suivie d’une dédicace.

L’occasion pour moi de découvrir l’homme et l’auteur en même temps, n’ayant pas encore lu son dernier roman Alors vous ne serez jamais triste.

L’auteur est urgentiste et tient un blog qui fait un carton : Alors voilà, Journal de soignés/soignants réconciliés. Il puise dans son expérience de jeune médecin (il a 30 ans) la matière pour raconter la vie et raconter les autres.

Son dernier roman est une fiction qui veut s’éloigner de ses précédents ouvrages qui parlaient principalement de son métier et de l’hôpital. Une fiction humaniste, une sorte de conte mythologique moderne comme il le dit lui même, pleine d’espoir et d’humour.

D’humour et d’humanité, il n’en manque pas. Tout au long de la conférence, il a alterné passages cocasses et douloureux ; autant d’anecdotes sur son métier, avec toujours la volonté de mettre le respect du patient en avant.

Parce que pour lui le cynisme est un comportement trop facile et qu’il préfère inonder le monde de pensées positives (et profondes, je peux en témoigner).

Lors des dédicaces, Baptiste Beaulieu offre un free hug a ceux qui le souhaitent. Ce fut mon cas, tant j’ai apprécié sa manière de concevoir le monde et les relations avec les autres.

Je me plongerai avec grande curiosité dans son dernier roman qu’il a voulu surtout ludique (les pages sont numérotées à l’envers).

Baptiste Beaulieu librairie Kléber Strasbourg 2015

Romain Puértolas était de retour dans la librairie-café Soif de lire à Strasbourg le 23 avril 2015. cette petite et charmante librairie a été la première à le recevoir lors des prémisses du déferlement qu’a connu son premier roman L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (sorti en poche).

Romain Puértolas - La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour EiffelSon nouveau roman, sorti en janvier, La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel est un autre bijou mêlant drôlerie, absurde et émotions (voir ma chronique ici).

L’auteur a beau rencontrer un succès mondial et être demandé aux quatre coins du globe, il a gardé cette proximité avec les lecteurs et semble prendre toujours autant de plaisir à être présent dans une petite librairie.

Souriant et disponible, il fait montre de son tempérament d’éternel optimiste, sans cynisme tout en gardant un œil lucide sur le monde (lui qui a fait tous les métiers possibles ou presque, du plus fantaisiste jusqu’à lieutenant de police).

Lui aussi amoureux des livres, il sait en parler (des siens et de ceux des autres) avec perspicacité et une vitalité communicative.

A la question de savoir quel personnage de fiction il aurait aimé être, il répond Peter Pan, tout en précisant ne pas être atteint du syndrome pour autant. Savoir garder son âme d’enfant tout en étant lucide semble être sa manière de voir la choses.

Il parle de son optimisme qui se transmet génétiquement (avec de belles paroles pour son grand-père qui a vécu les pires horreurs et qui est toujours resté de bonne humeur).

Une leçon d’humanisme, parce que justement il ne fait la leçon à personne et ne veux qu’apporter une tranche de bonheur à travers ses livres et ses rencontres.

Il a parlé en exclusivité de son futur roman à paraître le 7 octobre 2015 (oui deux livres dans la même année), toujours avec sa patte si personnelle, et sur un sujet bien différent (les djihadistes). C’est la nouvelle écrite pour le recueil Nous sommes Charlie (ma chronique ici) qui l’a poussé à se lancer dans cette nouvelle aventure. Sa nouvelle étant une merveille de drôlerie et de tolérance sur un sujet pourtant difficile et sensible, on peut s’attendre à un grand moment de lecture.

D’ici là, il va continuer à écrire, en voyage, sur son téléphone.

Romain Puértolas est un homme vrai, d’une touchante sincérité. Ses livres sont du bonheur en pages. Le rencontrer aussi.

Romain Puértolas librairie soif de lire Strasbourg 2015

Autre point commun, ils aiment dessiner et utiliser l’espace pour leurs dédicaces.

Dédicace Baptiste Beaulieu 2015

Dédicace Romain Puértolas 2015

Il n’y a pas de hasard, le respect et l’optimisme sont clairement communicatifs. Rien que pour ça, merci à ces deux belles personnes.



Catégories :Littérature

Tags:, ,

16 réponses

  1. t’as le chic pour mettre les auteurs en avant toi. Normal qu’ils te fassent des free hugs ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. euh je vais peut être passer pour une truffe, mais c’est quoi un free hug ???? ( je rappelle que je pipe pas un mot d’anglais ! 🙂

    J'aime

  3. Merci pour ce compte rendu passionnant et profondément humain. Je ne connaissais aucun des deux et je vais vite réparer ça 🙂

    J'aime

  4. Très beau compte-rendu, Yvan, qui nous montre ces auteurs dans toute leur humanité et… Honte à moi!!! J’ai le Fakir et La petite fille sur les rayons de ma Biblio, et pas encore trouvé l’occasion de les lire. Mais je vais faire un effort, promis! 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Tu as l’art de tenter toi!!! Je vais me laisser tenter tiens!!!!

    J'aime

  6. Quel joli billet!!!!!!Il ne me reste plus qu’à découvrir ses auteurs…….;)

    J'aime

  7. Bouhououou,
    tu donnes trop envie toi.
    On a tellement besoin de cette humanité en ce moment.
    Mais si je lâche le polar, je risque de tout lâcher…Alors je poursuis !
    J’aurai le plaisir de lire tes compte-rendus et tes chronique qui font du bien.
    Et je veux bien un calin moi aussi. 😉

    J'aime

  8. Quand je pense que Strasbourg n’est qu’à 1h30 de la maison… Merci de ce super compte-rendu. J’y reconnais bien Romain Puertolas rencontré à Metz. Tu as aussi beaucoup de chance d’avoir rencontré Baptiste Beaulieu. J’aurais bien aimé…

    J'aime

  9. Je suis une inconditionnelle du blog de Baptiste, toujours touchant, émouvant et jamais voyeuriste malgré la « matière ». (et ce doit être la première fois que j’arrive à lire ce qu’un médecin a écrit, ça change :p )

    Aimé par 1 personne

  10. Deux rencontres qui m’avaient l’air passionnantes !!! Je t’envie là 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à Carnet Parisien Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :